Pénurie d’essence en Guinée équatoriale attribuée au « mauvais temps »




Les transporteurs seraient bloqués en mer à cause des conditions climatiques, d’après le ministère des Hydrocarbures. Le carburant était encore absent à Malabo le 14 novembre

 

La plus grande partie de la capitale équato-guinéenne, Malabo, était paralysée jeudi, 14 novembre, par une pénurie d’essence qui dure depuis le début de la semaine et a vidé les rues de la ville, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le petit pays d’Afrique centrale, pourtant riche en hydrocarbures, souffre d’une pénurie car « des navires transporteurs de carburant sont bloqués en mer par le mauvais temps », a affirmé le ministère des Hydrocarbures dans un communiqué.

Le ministère a décidé mardi, en accord avec le géant français Total, principal fournisseur de carburant dans le pays, de limiter les ventes de carburant à 5 000 francs CFA (environ 7,50 euros) par personne, pour un prix du litre d’essence fixé par le gouvernement à 480 francs CFA (70 cents d’euro).

Selon le ministère, les transporteurs d’essence sont attendus au port équato-guinéen vendredi.

La Guinée équatoriale produit environ 125 000 barils de pétrole par jour, mais ne dispose pas de ses propres raffineries et dépend donc des importations pour se fournir en essence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *