Le Canada, 7e producteur mondial de pétrole, raffine seulement 30% de son brut (étude)




D’après le premier rapport sur les raffineries du Canada, publié le 10 avril par l’Office national de l’énergie, les équipements des raffineries ne sont pas adaptés pour l’essentiel aux sables bitumineux, dont le Canada est un grand producteur

 

Avec ses 14 raffineries de pétrole et ses 02 raffineries d’asphalte, le Canada possède la onzième industrie de raffinage au monde mais traite seulement 30% du brut produit sur son sol, constate l’Office national de l’énergie dans un rapport publié le 10 avril 2018.

Le rapport Aperçu des raffineries au Canada – Evaluation du marché de l’énergie souligne qu’en 2017, “plus de la moitié du pétrole brut raffiné au Canada était du pétrole brut léger classique. Un peu plus du tiers des arrivages se composait de pétrole brut issu des sables bitumineux (bitume naturel ou pétrole brut synthétique). Le reste était du pétrole brut lourd classique.”

Le Canada produit environ 3,9 millions de barils de pétrole par jour (données de 2016), dont plus de la moitié étant du pétrole non conventionnel issu des sables bitumineux. Le pays exporte plus de 3 millions de barils de pétrole par jour et importe environ 0,9 million de barils dont 0,6 mb/j pour ses besoins de raffinage et le reste pour le besoin des usines.

Les réserves prouvées de pétrole du Canada (10% des réserves mondiales) se situent essentiellement dans les sables bitumineux (97% des réserves).

“La plupart des raffineries canadiennes, construites à une époque où l’offre de pétrole brut léger était abondante, n’ont pas été conçues pour traiter les volumes croissants de pétrole brut lourd issu des sables bitumineux”, explique l’Office nationale de l’énergie.

Le Canada compte 14 raffineries de pétrole et 2 raffineries d’asphalte, pour une capacité totale de raffinage de 295 000 mètres cubes par jour (m3/j), ou 1,9 million de barils par jour (Mb/j).

“Cette situation est principalement due à la taille de l’industrie canadienne du raffinage par rapport à celle des ressources, à l’emplacement des raffineries et au faible nombre de raccordements entre les pipelines qui traversent le pays”, justifie-t-elle.

Mais la situation est contrastée selon les régions. Si les raffineries de l’est et du centre du Canada sont obligées de faire un recours plus important aux importations, il n’en est pas de même pour les raffineries de l’Ouest canadien.

“Bien que les raffineries du pays traitent plus de pétrole brut canadien que jamais auparavant, les raffineries de l’Est canadien continuent d’importer cette ressource pour satisfaire à leurs besoins. Elles sont ainsi exposées au marché mondial, davantage que les raffineries de l’Ouest canadien.”

“Les raffineries de l’Ouest canadien ont accès à la production de leur région. Par conséquent, elles peuvent répondre à tous leurs besoins en charge d’alimentation avec l’approvisionnement intérieur”, présente le rapport.

Raffineries canadiennes et leur capacité. Extrait du rapport: “Aperçu des raffineries au Canada – Evaluation du marché de l’énergie – Avril 2018”

Le Canada dispose des troisièmes ressources mondiales de pétrole et figure à la septième place parmi les pays producteurs: derrière la Russie, l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis, l’Irak, l’Iran et la Chine.

Les raffineries canadiennes fournissent des produits pétroliers raffinés: essence, diesel, carburéacteur (kérosène) et mazout de chauffage; produits principalement destinés à la consommation intérieure.

“Environ 80 % des produits de raffineries servent au transport de personnes ou de marchandises, ou à des fins de chauffage. Les 20 % restants englobent notamment les produits destinés à l’industrie pétrochimique ainsi que le kérosène, le combustible à usage domestique, l’asphalte, l’huile de graissage et les graisses lubrifiantes”, étaye l’Office national de l’énergie.

Le rapport “Aperçu des raffineries au Canada – Evaluation du marché de l’énergie” examine dans le détail les capacités de raffinage dans chaque région du Canada en présentant les quantités de pétrole brut produites et celles importées pour l’obtention des produits pétroliers raffinés destinés à la consommation intérieure.

L’Office national de l’énergie est un organisme fédéral indépendant qui réglemente plusieurs aspects du secteur énergétique au Canada: les pipelines, la mise en valeur des ressources énergétiques et le commerce de l’énergie”.

Aperçu raffineries au Canada_avril 2018 comp
Télécharger le rapport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *