Le Cameroun abrite une station de surveillance des signaux nucléaires




La station, basée à Edéa, a été installée dans le cadre du dispositif prévu par le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, ratifié par le Cameroun en 2006

 

Le Cameroun s’est joint à de nombreux autres pays du monde pour célébrer ce 29 août la Journée internationale contre les essais nucléaires.

Si le pays n’utilise pas l’énergie nucléaire, il fait cependant partie de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) depuis le 13 juillet 1964; et abrite également, sur son sol, une station de surveillance et de détection des signaux nucléaires.

“Il s’agit de la station RN13, station dite de radionucléides basée près d’Edéa (dans la région du Littoral, NDLR). Elle capte les radionucléides  atmosphériques et transmet les données y relatives en temps réel au centre de traitement situé à Vienne, en Autriche”, révèle le Dr Augustin Simo, directeur général de l’Agence nationale de radioprotection (ANRP), dans une interview accordée au quotidien gouvernemental camerounais ce 29 août.

Le Cameroun a ratifié, le 06 février 2006, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). L’installation de cette station, comme d’autres stations de surveillance réparties dans le monde, a été mise en place à l’initiative de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (Otice).

A l’origine de la Journée internationale

Comme l’explique l’ONU, sur son site web, “depuis que les essais d’armes nucléaires ont débuté au milieu du XXe siècle, le premier datant du 16 juillet 1945, près de 2 000 ont été effectués. Au départ, détenir des armes nucléaires était un témoignage de puissance scientifique ou militaire. Avec le recul et l’expérience, il est apparu que les essais nucléaires peuvent avoir des conséquences redoutables et tragiques, surtout en cas de défaillances dans les conditions de réalisation, d’autant que les armes nucléaires actuelles sont beaucoup plus puissantes et destructrices.”

“La Journée internationale vise à mobiliser l’Organisation des Nations unies, les États membres, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, les milieux universitaires, les réseaux de jeunes et les médias aux fins de l’information et de l’éducation du public et de sa sensibilisation à la nécessité d’interdire les essais d’armes nucléaires en tant que pas majeur vers l’édification d’un monde plus sûr. La célébration de la Journée internationale contre les armes nucléaires est indispensable à la promotion de la paix et de la sécurité autour du monde ”, estime l’Organisation.

Reaction(s) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *