L’Algérie et le Nigeria conviennent de réactiver le projet de gazoduc Alger-Lagos




Les ministres des Affaires étrangères des deux pays, à l’issue des travaux de la quatrième session de la Haute commission mixte de coopération algéro-nigériane tenue du 13 au 15 octobre, ont convenu de programmer une réunion sur le projet au courant du premier trimestre 2019

 

L’Algérie et le Nigeria ont signé lundi, 15 octobre, une feuille de route pour renforcer leur coopération économique, dans de nombreux secteurs dont celui de l’énergie.  

Cette feuille de route a été signée par le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel (photo, d) et son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama (photo, g), au terme de la quatrième session de la Haute commission mixte algéro-nigériane qui s’est achevée lundi à Alger.

Parmi les projets de grande envergure, les deux ministres des Affaires étrangères ont renouvelé l’engagement de leurs pays respectifs à parachever le gazoduc Alger – Lagos, projet lancé depuis 2009.

Les deux parties ont décidé de mettre en place un groupe de travail conjoint qui tiendra sa première réunion dans le courant du premier trimestre 2019 “en vue d’accélérer la mise en oeuvre de ce grand projet”, indique le communiqué final de la quatrième session de la Haute commission mixte algéro-nigériane.

Le gazoduc, dont les études « sont bien avancées » selon les officiels des deux pays, s’étend sur une longueur de 4400 km. Il a été lancé en 2009 avec un budget d’investissement de 12 milliards de dollars.

L’Algérie, le Nigeria, le Mali, le Niger et le Tchad sont impliqués dans ce projet, qui devrait contribuer à renforcer l’interaction économique entre les pays de la région.

Les deux pays ont réaffirmé leur ferme volonté de mener à bien ce gazoduc au profit de leurs peuples et des peuples de la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *