Tchad: début de l’opération de destruction des stations-service anarchiques




Le ministère du Pétrole et de l’Energie et l’Agence de régulation du secteur pétrolier aval du Tchad (Arsat) ont lancé le 03 octobre à N’Djamena l’opération de démolition de 62 stations-service contraires aux normes. De nombreuses autres en sursis

 

Après de multiples avertissements et mises en garde sur le développement anarchique de stations-service dans la capitale tchadienne, le ministère du Pétrole et de l’Energie est passé depuis mardi, 03 octobre, à la phase répressive.

L’institution, conjointement avec l’Agence de régulation du secteur pétrolier aval du Tchad (Arsat), a lancé hier une opération de destruction de 62 stations service et points de vente de carburant, construites dans la capitale N’Djamena, sans considération des normes techniques, sécuritaires, environnementales, administratives et juridiques.

Le développement de stations-service anarchiques à N’Djamena et ses environs s’est accru depuis la mise en exploitation, en 2011, d’une raffinerie à Djarmaya, à 80 km au nord de la capitale.

Ces points de vente de carburant – possédant parfois des autorisations délivrées par complaisance – ont commencé ainsi à pousser comme en désordre comme des champignons (certains séparés entre eux sur un même axe par 20 à 30 mètres au lieu d’un minimum de 500m; cotoyant des habitations, bâtiments publics et écoles alors qu’ils devraient respecter une distance d’un kilomètre; les cuves de stockage parfois hébergées dans un domicile près de la station, etc.)

Le directeur général de l’Arsat, Idriss Abdelkhalikh Idriss, a indiqué le 03 octobre 2017 que ces stations-services constituent “un danger permanent pour les populations riveraines”.

Lors d’une conférence de presse donnée le 14 juillet dernier, le ministre du Pétrole et de l’Energie, Me Béchir Madet avait révélé que, suite à un audit mené dans la capitale tchadienne, seules 42 stations – sur 214 recensées – répondaient aux normes. Il avait ainsi invité les propriétaires de 69 stations à procéder au démantèlement de ces dernières à leurs frais dans un délai d’un mois; instruisant dans le même temps aux propriétaires de 103 stations-services de se mettre en règle dans un délai de 04 mois.

Les autorités tchadiennes comptent se rendre aussi dans les provinces du pays pour apprécier l’état des unités de production des produits pétroliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *