Tchad: le gouvernement justifie l’augmentation des prix à la pompe par le souci de lutter contre la contrebande de carburant




D’après le ministre des Finances et du Budget, les prix pratiqués au Tchad l’étaient moins que ceux pratiqués dans les pays voisins

 

L’augmentation des prix du carburant à la pompe au Tchad depuis le 04 janvier 2018 a été motivée par le souci de lutter contre la contrebande, d’après le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Fadoul Sabre (photo, au centre).

“Pour lutter contre l’exportation frauduleuse de carburant, on a dû augmenter le prix du carburant, qui est moins élevé que d’autres pays de la sous-région”, a déclaré le ministre lors d’une réunion organisée mercredi, 10 janvier, en soirée, avec le patronat, la chambre de Commerce, les représentants des transitaires et les divers acteurs impliqués dans la production/collecte des recettes financières. Le ministre du Commerce et du Plan, et le ministre de l’Economie et du Développement prenaient également part à cette rencontre.

Depuis la fin de semaine dernière, le prix du litre d’essence à la pompe au Tchad est passé à 570 FCFA (0,87 euro) contre 523 FCFA auparavant; celui du gasoil se vend désormais à 590 F (0,9 euro), contre 568 F CFA avant la circulaire du 04 janvier 2018, signée du ministre du Pétrole, Béchir Madet.

Par comparaison avec quelques pays voisins du Tchad, au Cameroun par exemple: le litre de super, au 12 janvier 2018, coûte 630 F CFA (0,96 euro) et celui du gasoil: 575 F CFA (0,88).

Au Gabon, suivant les prix adoptés le 1er décembre 2017 par la Commission nationale des produits pétroliers, le litre d’essence est accessible à 605 F CFA (0,92 euro) et celui du gasoil à 540 F CFA (0,82 euro).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *