Un partenariat pour le stockage de l’énergie en vue d’améliorer l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux des pays en développement




L’initiative internationale lancée à Vancouver (Canada) le 28 mai regroupe le Groupe de la Banque mondiale et 29 organisations

 

 

Le Groupe de la Banque mondiale et 29 organisations ont lancé, le 28 mai dernier à Vancouver (Canada), un partenariat international pour le stockage de l’énergie (ESP) pour améliorer le niveau d’utilisation des énergies renouvelables – éolien, solaire et autres sources – dans les réseaux des pays en développement.

“L’émergence d’un nouveau marché pour les batteries et d’autres solutions de stockage adaptées à des réseaux électriques offrant diverses utilisations intégrées et hors réseau et pouvant être déployées à grande échelle est devenue indispensable”, explique la Banque mondiale dans un communiqué. L’institution multilatérale coordonne l’initiative.

Le partenariat ESP compte favoriser la coopération internationale autour de quatre axes: “Recherche, développement et démonstration dans le domaine des technologies et applications; intégration des systèmes et instruments de planification; politiques, réglementations et marchés publics; introduction de systèmes pour la gestion et la durabilité.”

“Nos ambitions en matière de stockage de l’énergie dans le monde sont inspirées par le marché des véhicules électriques, au développement extrêmement rapide. Nous voulons disposer de batteries raccordées aux réseaux, alimentant les mini-réseaux et favorisant la pénétration des énergies renouvelables, comme l’éolien et le solaire, dans le monde”, justifie Riccardo Puliti, directeur principal du pôle Énergie et industries extractives à la Banque mondiale, cité dans le communiqué.

Le partenariat ESP a été rattaché au Programme d’assistance à la gestion du secteur énergétique (ESMAP) de la Banque mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *