Les cours du pétrole au plus bas depuis 2016




À 6h54 (GMT) le 18 mars, les références du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai chutaient de 1,36%, ou 40 cents, à 28,34 $ le baril. Le pétrole brut américain West Texas Intermediate pour livraison à terme en mai baissait de 2,23%, ou 61 cents, à 26,72 $ le baril

 

Les prix du pétrole brut ont continué de baisser à leur plus bas niveau depuis janvier 2016, sous l’effet de la montée des craintes mondiales de la propagation du nouveau coronavirus Covid-19 et de ses conséquences économiques sur les marchés, qui se traduisent notamment par une baisse considérable de la demande.

À 6h54 (GMT) mercredi 18 mars, les références du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai chutaient de 1,36%, ou 40 cents, à 28,34 $ le baril. Le pétrole brut américain West Texas Intermediate (WTI) pour livraison à terme en mai baissait de 2,23%, ou 61 cents, à 26,72 $ le baril.

Mardi, l’Arabie saoudite a annoncé son intention d’augmenter les exportations de pétrole brut au cours de la période à venir à plus de 10 millions de barils par jour, contre une moyenne de 7,3 millions actuellement, ce qui suggère une offre davantage excédentaire.

Ryad et Moscou se sont lancés dans une guerre des prix après l’échec de leurs négociations début mars à Vienne à l’occasion du sommet de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, qui visait initialement à baisser, ou au moins maintenir, le niveau de production actuel d’or noir.

Dans le même temps, la demande diminue en raison des restrictions de plus en plus drastiques pour lutter contre le coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *