Lancement d’un projet sur le réseau électrique ivoirien pour porter le taux de couverture « de 48% à 100% »




Le Premier ministre de Côte d’Ivoire a lancé, le 07 juillet, dans le département de Dabakala (centre-nord), le Projet de développement et de réhabilitation du réseau électrique de Côte d’Ivoire (Proderci), financé à 95% par un prêt de China Eximbank

 

Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly (photo) a officiellement procédé samedi, 07 juillet, à Dabakala (centre-nord, 445 km d’Abidjan), au lancement du Projet de développement et de réhabilitation du réseau électrique de Côte d’Ivoire (Proderci), en vue de relever le niveau d’accès à l’électricité dans le pays.

D’un coût global de 818,6 millions de dollars US, soit 460 milliards de FCFA, les travaux du Projet vont être achevés en juillet 2020. Le financement est assuré à hauteur de 95% par un prêt de la banque chinoise d’import-export (China Eximbank) et à 5% par l’Etat ivoirien.

Le Proderci a été engagé fin décembre 2016 pour une durée de 43 mois par le consortium China National Engineering Electrical Corporation (CNEEC) – Sinomach.

Le projet couvre quatre grandes zones du territoire ivoirien (nord-est, centre-nord, centre-ouest, ouest) et consiste en la construction de 11 nouveaux postes haute tension, la réhabilitation et l’extension de 15 postes haute tension existants, la construction de 1 685 km de lignes haute tension et l’électrification de 500 villages.

« C’est l’un des plus grands projets dans le secteur de l’énergie, qui va améliorer l’accès à l’électricité et faire passer le taux de couverture nationale de 48% à 100% », a affirmé le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Selon le chef du gouvernement, la mise en œuvre de ce projet devrait permettre, entre autres, d’alimenter en électricité les zones rurales et périurbaines, améliorer les conditions de vie dans ces zones, développer les activités économiques, créer plusieurs milliers d’emplois pour les jeunes.

La puissance électrique installée de la Côte d’Ivoire était estimée à 2 200 mégawatts à fin 2017. Les pouvoirs publics envisagent de la porter à 4 000 MW à l’horizon 2020.

« Il s’agit de faire du pays le hub énergétique de la sous-région par la fourniture de l’électricité aux pays voisins: Mali, Burkina Faso, Ghana, Togo, Bénin et à terme la Sierra Leone, le Liberia et la Guinée », a affirmé le PM.

« Ce sont près de quatre millions de nos concitoyens qui seront touchés par le projet en cours d’exécution », s’est réjoui pour sa part le ministre du Pétrole, de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables, Thierry Tanoh, annonçant la fin pour « juillet 2020 » avec « les premiers effets perceptibles cette année ».

Le vice-président de Sinomach, Liu Jingzhen, a promis de remettre à l’Etat ivoirien un « ouvrage de haute qualité […] dans les délais ».

La Chine et la Côte d’Ivoire fêtent cette année le 35e anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques.

« La Chine est devenue la plus grande source de financement et le troisième partenaire commercial de la Côte d’Ivoire au cours des dernières années », a fait savoir l’ambassadeur de Chine en Côte d’Ivoire, Tang Weibin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *