Guinée Conakry: pour justifier les coupures récurrentes d’électricité, le ministre de l’Energie critique les mauvais payeurs




Selon Cheikh Taliby Sylla, la moitié des clients de la Guinéenne d’électricité sont des clandestins et de nombreux clients facturés ne s’acquittent pas de leurs obligations

 

Les Guinéens font régulièrement face à des coupures d’électricité y compris à Conakry, la capitale.

Lors d’une conférence de presse donnée en début de semaine (le 08 janvier), le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Cheikh Taliby Sylla (photo), a particulièrement critiqué les consommateurs d’énergie qui se comportent en mauvais payeurs.

“Sur 100 clients, 50 sont clandestins. Sur les 50 clients facturés, seulement 40 payent leurs factures”, a déploré le ministre de l’Energie cité par Guinéematin.com.

Une situation que subirait sévèrement Electricité de Guinée (EDG), entreprise publique chargée de la gestion des ouvrages et équipements de production, transport et distribution de l’énergie électrique sur le territoire Guinéen. 

D’après Abdendi Attou, administrateur général d’EDG, 90 % des charges de la société sont consacrées à l’achat du carburant. L’entreprise a des créances et c’est l’Etat guinéen qui est contraint de subventionner EDG afin de faire face aux difficultés.

Les impayés ne sont pas seulement enregistrés du côté des usagers ordinaires mais aussi auprès de l’Etat.

D’après Deutsche Welle, qui cite aussi le ministre guinéen de l’Energie et de l’Hydraulique, l’Etat  doit plus de 300 milliards de francs guinéens, soit environ 27 millions d’euros aux fournisseurs dont Star Oil, principal fournisseur en carburant des centrales électriques.

Les centrales de Kaloum et de Kipé, ont une capacité de production de 100 mégawatts. le gouvernement prévoit la mise en service de Kaloum 3, en fin janvier 2018, d’une capacité de 44 MW, pour améliorer la desserte en électricité.

Le ministre de l’Energie évoque aussi d’autres facteurs à l’origine des coupures d’électricité. En période d’étiage, le barrage hydroélectrique de Kaléta – d’une capacité de 240 MW – fonctionne actuellement avec des niveaux d’eau réduits puisque ne possédant pas une retenue (réservoir d’accumulation de l’eau), a-t-il révélé en début de semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *