Le groupe italien Saipem et la compagnie algérienne Sonatrach trouvent une solution à l’amiable pour le règlement de leurs différends




Les deux sociétés pétrolières ont signé un accord visant à mettre un terme aux différentes procédures judiciaires le 14 février 2018 à Alger

 

La Sonatrach – compagnie nationale de pétrole et de gaz d’Algérie – et Saipem – groupe italien d’ingénierie et d’exploration pétrolières, filiale d’ENI – ont signé, le 14 février à Alger, un accord pour le règlement à l’amiable de leurs différends.

Le document a été paraphé par le PDG de Saipem,  Stefano Cao (photo, à gauche) et le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour (photo, à droite).

L’accord met « un terme aux procédures en cours » concernant plusieurs contrats entre les deux entreprises, notamment celui d’une installation gazière – comprenant unités de liquéfaction de gaz, de séparation d’huile et de production de condensats – à Hassi Messaoud (800 km au sud d’Alger), ont indiqué Sonatrach et Saipem dans un communiqué commun. 

En décembre, Saipem, jugée coupable de « négligence grave », avait été condamnée par la Cour internationale d’arbitrage à verser à la Sonatrach 135 millions de dollars au titre de compensation pour perte de production, dans le cadre du litige sur ce contrat. 

L’accord met également fin aux procédures concernant la réalisation d’une usine de liquéfaction de gaz à Arzew (400 km à l’ouest d’Alger), la construction d’un oléoduc GPL à Hassi R’Mel (500 km au sud d’Alger) et la réalisation d’une unité de production gazière et pétrolière sur le champ Menzel Ledjmet (1 000 km au sud-est d’Alger).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *