Le Crowdfunding, solution de financement des énergies alternatives ?




Par Jibril Sijelmassi et Quentin Voutier, experts en intelligence économique

 

Le financement participatif concentré sur des microprojets d’énergies alternatives (off-the-grid) intéresse les acteurs du secteur. Tous ont saisi l’intérêt de ce marché qui ne cesse de prendre de l’ampleur au vu du besoin d’électrification rurale et de son coût induit.

L’exemple de la joint-venture entre Total et Babyloan illustre parfaitement l’engouement des grands groupes de l’énergie pour ce mode de financement. Le pétrolier s’est associé avec l’un des leaders européens du crowdfunding pour créer la première plateforme entièrement destinée à l’énergie. Total, qui prévoit d’investir environ 616 millions de dollars annuellement dans les énergies vertes, y déploie son offre « Awango », une gamme de lampes solaires. Le groupe soutient des microentreprises pour développer des réseaux de distribution off-grid dans les villages reculés. Les futurs coûts seront supportés par les populations locales grâce aux moyens de pré-paiement téléphonique Pay-As-You-Go (PAYGO). Le bénéficiaire dispose ainsi rapidement de services remboursables en leasing.

Si le crowdfunding est une véritable opportunité pour capter les fonds d’investisseurs internationaux dont la diaspora africaine, certains freins subsistent. Tout d’abord, la réglementation constitue une contrainte forte à l’encontre de ce relais de croissance. Le monopole bancaire dans l’octroi de crédit nécessite l’obtention d’un agrément de la part des Banques Centrales, tout comme l’appel à la mobilisation de l’épargne public.

La faiblesse structurelle des réseaux bancaires et l’accès à Internet sont eux aussi des freins majeurs au développement de la finance participative. Une partie significative de l’Afrique non connectée, majoritairement rurale, se trouve hors des champs d’opportunités offertes par Internet.

Enfin, il est temps de considérer la pertinence d’une action à l’échelle locale. Chaque pays à la capacité de connecter les porteurs de projets avec les acteurs publics, afin de relayer une information de qualité à destination des investisseurs. La création de plateformes de crowdfunding par et pour les Africains à l’échelle régionale devient une nécessité.

Que ce soit à travers le financement par le prêt (Crowdlending ou P2P Lending) ou par l’investissement (Crowdequity), le crowdfunding octroie des ressources potentiellement soumises à intérêt ou propose une prise de participation directe sous forme d’actions ou d’obligations. Il présente une série d’avantages pour les populations expatriées. D’un côté, le pourvoyeur de fonds réalise un investissement productif, ciblé, rationnel et transparent qui est de surcroît moins coûteux qu’un transfert monétaire classique. D’autre part, pour le porteur de projet, il est une alternative aux systèmes de financements formels et informels. Il réduit aussi l’intermédiation dans l’octroi du crédit et flexibilise le système.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *