Congo: le gouvernement s’inquiète du déclin de la production pétrolière nationale




Selon les chiffres officiels, de 140 millions de barils en 2020, elle est passée à 125,7 millions de barils en 2021 en raison du vieillissement de certains champs pétroliers. Le ministre congolais des Hydrocarbures invite les sociétés pétrolières présentes dans le pays à s’investir davantage pour résorber cette baisse

 

Le ministre congolais des Hydrocarbures, Bruno Jean Richard Itoua, a appelé, le 14 juillet à Brazzaville, les sociétés pétrolières à résorber le déclin de la production de brut que connaît le Congo.

« Je veux pouvoir compter sur vous, sur votre implication totale pour la reprise des travaux pétroliers afin de résorber le déclin de production », a déclaré M. Itoua, lors de l’ouverture du Comité des prix du deuxième trimestre 2021. Ledit comité regroupe les différentes sociétés pétrolières et tous les autres acteurs opérant dans ce secteur au Congo.

Selon les chiffres officiels, de 140 millions de barils en 2020,  la production pétrolière du Congo est passée à 125,7 millions de barils en 2021 en raison du vieillissement de certains champs pétroliers.

Pour Bruno Jean Richard Itoua, le déclin de la production est « non seulement fatal pour les investisseurs, mais aussi pour l’économie congolaise dont l’or noir représente environ 70 % du produit intérieur brut (PIB) ».

Il a rassuré les opérateurs en soulignant que le gouvernement « est disponible pour les accompagner dans toutes leurs démarches, dans le but d’assurer et de maintenir un partenariat gagnant-gagnant ».

« Nous travaillons d’ores et déjà et d’arrache-pied à améliorer le cadre juridique et réglementaire, l’environnement et le climat des affaires en milieu pétrolier« , a insisté le ministre des Hydrocarbures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *