Cameroun : une centrale solaire de 20 mégawatts en projet au pied du barrage de Lagdo




Elle devrait permettre d’alléger la pression sur le barrage, qui assure de nombreuses fonctions en dehors de sa centrale hydroélectrique

 

La réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Lagdo verra également la construction d’une centrale solaire de 20 mégawatts au pied du barrage, a annoncé le ministre camerounais de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, dans le cadre de la visite effectuée sur le site le 08 mai dernier.

Cette centrale, dont les études devraient bientôt être lancées, permettra de “réduire la pression” sur le barrage de Lagdo; infrastructure qui a de multiples fonctions outre la production d’énergie hydroélectrique.

“Il n’y a pas assez d’eau. Lagdo fait face à un problème d’hydrologie”, a commenté Gaston Eloundou Essomba lors de sa visite sur le site.

La centrale hydroélectrique de Lagdo, construite sur le fleuve Bénoué et située à proximité de la ville de Lagdo, à 65 km de la ville de Garoua, dans la région du Nord, souffre aussi de la vétusté de ses installations. L’ouvrage a été construit par la société China International Water and Electric Corp (CWE) dans les années 1978-1984.

Il a été mis en service dès 1982 avec pour objectif d’alimenter les régions du septentrion en électricité, tout en permettant l’irrigation de 15 000 hectares de culture en aval. Les eaux du barrage sont également favorables à la pêche.

Les quatre turbines Kaplan de la centrale, de puissance unitaire de 18 MW, qui offraient à leur mise en service une capacité installée de 72 MW, ne fournissent plus que la moitié de la puissance attendue.

L’énergie de Lagdo est injectée dans le Réseau interconnecté Nord (RIN), pour alimenter les régions du septentrion.

La réhabilitation de la centrale va être pilotée par l’entreprise publique Electricity Development Corporation (EDC).

D’après le ministre de l’Energie, un calendrier aurait déjà été arrêté pour les travaux. Ils consisteront pour l’essentiel au remplacement des turbines et autres équipements de production. Les opérations devraient commencer en 2020 pour une “exploitation optimisée” dès 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *