Cameroun: la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Lagdo en vue




EDC, gestionnaire du patrimoine public dans le secteur de l’électricité, a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour le recrutement de consultants qui seront chargés de la supervision des travaux. Date limite : le 10 avril 2018

 

Le directeur général de Electricity Development Corporation (EDC), Théodore Nsangou, a rendu public cette semaine un “appel à manifestation d’intérêt pour les prestations de supervision des travaux de réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Lagdo.

EDC, gestionnaire du patrimoine public dans le secteur de l’électricité, recherche concrètement des consultants qui pourront superviser les opérations de réhabilitation de cet ouvrage.

La centrale hydroélectrique de Lagdo, construite sur le fleuve Bénoué et située à proximité de la ville de Lagdo, à 65 km de la ville de Garoua, dans la région du Nord, souffre de la vétusté de ses installations. L’ouvrage a été construit par la société China International Water and Electric Corp (CWE) dans les années 1978-1984.

Ses quatre turbines Kaplan (de puissance unitaire de 18 MW) qui offraient, à sa mise en service, une capacité installée de 72 MW ne fournissent plus que la moitié de la puissance attendue.

L’énergie de Lagdo est injectée dans le Réseau interconnecté Nord (RIN), pour alimenter les régions du septentrion.

Selon les estimations du ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee), la réhabilitation de la centrale pourrait nécessiter un investissement de 100 milliards de F CFA (environ 152,4 millions d’euros).

Voith Hydro, filiale canadienne du groupe Voith, et General Electric Hydro, filiale de l’américain General Electric, ont déjà présenté leur intérêt à réhabiliter cette centrale.

Les pouvoirs publics veulent réhabiliter la centrale de Lagdo en augmentant sa capacité à 80 MW.

“Mis en service depuis plus de 35 ans, plusieurs de ses équipements principaux (turbines, transformateurs de puissance, disjoncteurs, etc.) ont déjà atteint leur durée de vie fonctionnelle et doivent être remplacés ou rénovés. Par ailleurs, son système de contrôle et d’automatisation demande à être modernisé pour une meilleure fiabilité”, précise Théodore Nsangou dans l’appel à manifestation d’intérêt publié le 20 mars 2018.

Les services – listés par le DG de EDC – attendus des consultants qui pourraient superviser les travaux, comprennent: “l’appui à la contractualisation du marché de l’entrepreneur en charge de la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Lagdo” ; “la gestion, coordination et supervision de la réalisation du projet” ; “le contrôle des études d’exécution” ; “le contrôle, les essais et réception au cours de la fabrication” ; “le contrôle et la supervision de l’exécution des travaux sur les sites” ; “la supervision des essais de réception et de mise en service” ; “l’assistance prévue pendant la durée de la garantie” ; “le transfert de technologie et la formation du personnel du maître d’ouvrage”.

La période considérée pour l’ensemble de ces prestations est évaluée à 48 mois

Les informations supplémentaires pour les potentiels candidats peuvent être obtenues au siège de EDC à Yaoundé

La date limite de soumission des expressions d’intérêt a été fixée au 10 avril 2018 à 15h00.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *