La BM se donne jusqu’en 2023 pour aligner « tous » ses financements sur l’Accord de Paris sur le climat




L’institution de développement privilégiera les projets d’énergie renouvelable, de transports publics, de gestion des forêts

 

 

La Banque mondiale a adopté un nouveau plan d’action quinquennal sur le changement climatique pour aligner ses flux de financements sur les objectifs de l’Accord de Paris d’ici 2023, a annoncé l’institution dans un communiqué le 02 avril.

D’ici 2023, tous ses financements seront conformes aux objectifs de l’Accord signé en 2015. Quelque 85% des projets financés par la SFI, le bras d’investissement privé de la Banque mondiale, et par la MIGA, son agence de garantie, le seront en 2023, et 100% le seront en 2025, a précisé la Banque.

« Nous avons présenté à notre conseil d’administration les éléments clés du nouveau Plan d’action de la Banque mondiale sur le changement climatique », a affirmé David Malpass, président de l’institution financière. « Pour réaliser notre double objectif de réduction de la pauvreté et de promotion d’une prospérité partagée, il est essentiel que le Groupe de la Banque mondiale aide les pays à intégrer pleinement climat et développement », a affirmé M. Malpass.

Le plan s’engage à « aligner les flux de financements sur les objectifs de l’Accord de Paris »; accord qui a pour objectif de limiter la montée des températures de la planète à deux degrés Celsius par rapport aux niveaux antérieurs à la révolution industrielle, et de poursuivre les efforts pour limiter cette montée à 1,5 degré.

Autre volet du plan de la BM : l’augmentation, dans les cinq ans, de 26% à 35% la proportion des financements consacrés au climat. « Il s’agit de répondre d’abord aux besoins de décarbonisation des pays », a indiqué à l’AFP Stéphane Hallegatte, principal économiste de la cellule climat à la Banque mondiale. « L’objectif est de faire du développement désormais compatible avec les questions climatiques. Ce que nous ne voulons pas, c’est utiliser 35% de nos ressources sur le climat et voir le reste de nos actions complètement déconnectées du sujet », a ajouté l’économiste.

La Banque mondiale privilégiera les projets d’énergie renouvelable, de transports publics, de gestion des forêts, a-t-il précisé. L’institution de développement, qui ne finance plus de projets de centrales au charbon depuis 2010, va aussi soutenir « une transition équitable hors du charbon ». « Nous allons considérablement augmenter notre soutien à la transition hors du charbon dans les pays qui demandent de l’aide », précise le communiqué.

La Banque mondiale, qui est « le plus grand fournisseur multilatéral de financement climatique pour les pays en développement », a financé pour 83 milliards de dollars de projets liés au climat depuis cinq ans, dont 21,4 milliards pour l’année 2020 seule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *