Algérie: le secteur résidentiel peut réaliser des économies d’énergie de l’ordre de 36% (APRUE)




Le secteur du transport quant à lui représente un potentiel d’économie d’énergie de 32% et celui du bâtiment 22%, selon les données présentées le 12 février à Alger par l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie

 

Le potentiel d’économie d’énergie dans le secteur résidentiel (ménages) en Algérie est de 36%, a indiqué mercredi 12 février à Alger, le directeur des projets au sein de l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE).

Kamel Dali s’exprimait à l’occasion d’une conférence sur l’efficacité énergétique en Algérie lors de la troisième édition du Salon de l’électricité et des énergies renouvelables, précise l’Agence de presse algérienne.

Le responsable de l’APRUE a fait savoir que le potentiel d’économie d’énergie dans le secteur résidentiel en Algérie représente près de 8766 GWh, soit 36% de la consommation totale.

« Portée par les équipements électroménagers, la consommation du secteur résidentiel (c’est à dire chez les ménages) est la plus importante du pays, suivie du secteur industriel », a-t-il expliqué.

Le transport représente pour sa part un potentiel d’économie d’énergie de 32% et le secteur du bâtiment 22%.

Estimant que la priorité est de lutter contre le gaspillage dans le secteur résidentiel car ce dernier ne produit pas de richesses contrairement à l’industrie et les transports, il a souligné la nécessité de la mise en oeuvre de différents outils permettant d’assurer une plus grande efficacité énergétique.

Le manque d’efficacité énergétique au niveau des ménages est notamment influencé par « l’inondation du marché national par des appareils électroménagers et des équipements électriques non performants et parfois n’obéissant à aucune norme d’efficacité énergétique », a précisé Kamel Dali.

Pour faire face à cette tendance, Il a évoqué les efforts déployés par l’APRUE s’appuyant, notamment, sur le renforcement de l’étiquetage énergétique des équipements ménagers ainsi que la révision de la réglementation en introduisant des seuils minimum de performance énergétique.

Il a en outre souligné l’intérêt d’un travail de communication et de sensibilisation au profit du grand public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *