Niger: adoption du Document de politique nationale de l’électricité et de la Stratégie nationale d’accès à l’électricité




Les deux textes ont été adoptés par le gouvernement nigérien le 19 octobre 2018

 

Le Conseil des ministres du Niger a adopté vendredi, 19 octobre 2018, deux projets de décrets portant sur le Document de politique nationale de l’électricité (DPNE) et la Stratégie nationale d’accès à l’électricité (SNAE).

Objectif principal du DPNE: améliorer l’accès des populations à l’énergie électrique. Le taux d’accès à l’électricité dans ce pays d’Afrique de l’Ouest était de 12,22% en 2017, selon les données officielles.

Le Niger voudrait aussi, à travers le DPNE, réduire sa dépendance aux importations de combustible en mettant en valeur ses ressources. Le pays importe plus de la moitié de ses besoins du Nigéria.

“La situation du Niger dans le domaine de l’énergie se caractérise par un accès limité des populations aux différentes formes d’énergies modernes, avec une forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur pour la satisfaction de ses besoins énergétiques alors que le pays dispose d’importantes ressources (uranium, charbon minéral, énergie solaire et hydroélectricité avec le fleuve Niger)”, étaye le communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres du 19 octobre.

La Stratégie, outil de mise en oeuvre de la politique nationale de l’électricité, vise pour sa part “à doter le Niger d’un référentiel pour le développement de l’électrification, avec, à l’horizon 2035, un sous-secteur de l’électricité performant et financièrement viable, en vue d’un approvisionnement en électricité fiable, abordable et respectueux de l’environnement.”

Dans l’optique accroître son indépendance énergétique, le Niger envisage, entre autres, l’introduction du solaire avec l’achèvement prochain de la centrale photovoltaïque de Malabaza (centre) d’une capacité de 7 mégawatts; la construction d’une centrale hybride de 19 MW prévue en 2019 à Agadez (nord), ainsi que d’autres centrales solaires envisagées en production indépendante autour de la capitale, Niamey, et à l’intérieur du pays, indique-t-on au ministère de l’Energie.

A cela viennent s’ajouter, la centrale hydroélectrique de 130 MW de Kandadji prévue pour 2021 dans la région de Tillabéry (ouest) et le complexe de Salkadanma dans la région de Tahoua (centre), avec une centrale à charbon, prévu en 2023; ainsi que le renforcement des capacités de production de la Société nigérienne de Charbon (Sonichar) et la construction d’une centrale thermique à gaz et au pétrole brut dans la région de Zinder (est).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *