Algérie – Libye: protocole d’accord pour une « coopération durable » dans le secteur de l’électricité




Le document signé le 05 mars à Alger va permettre à l’entreprise algérienne Sonelgaz de fournir diverses prestations à l’entreprise d’Etat libyenne Gecol, notamment la maintenance et le développement des centrales électriques, la fourniture des équipements, la formation des travailleurs des centrales, entre autres

 

Sonelgaz – groupe public assurant la production d’électricité, le transport et la distribution d’électricité et de gaz en Algérie – et Gecol – compagnie de l’Etat libyen, en charge de la production, la transmission et la distribution de l’électricité – ont signé mardi, 05 mars, à Alger, un protocole d’accord pour une « coopération durable » dans la production de l’électricité en Libye.

Selon les détails fournis par le ministre algérien de l’Energie, Mustapha Guitouni, le protocole d’accord signé entre les deux sociétés permettra aux filiales de Sonelgaz de fournir diverses prestations à Gecol dans les domaines liés à la production de l’électricité.

Il s’agit notamment, a détaillé le ministre, de la maintenance et du développement des centrales électriques, la fourniture des équipements, la participation dans l’assemblage de nouvelles centrales, la formation des travailleurs des centrales relevant de Gecol, la contribution directe dans l’exécution de projets de centrales électriques.

Le PDG de Sonelgaz, Mohamed Arkab, a indiqué que la coopération devrait commencer par la formation des cadres et travailleurs de Gecol par les cadres des filiales de Sonelgaz et la maintenance des centrales libyennes en activité, avant de passer à la seconde étape portant sur l’investissement direct dans la production.

Sonelgaz pourra investir dans la réalisation de centrales combinées et de centrales rapides réalisables sur un mois ou 45 jours pour répondre à des besoins urgents en Libye, a illustré M. Arkab.

Le partenariat entre les deux entreprises permettra aussi d’explorer d’autres secteurs, à l’instar du transport et de la distribution d’électricité.

Sur le volet transport, l’Algérie pourrait notamment exporter de l’électricité en Libye. Le projet fait actuellement l’objet d’études techniques et commerciales visant à évaluer la faisabilité de l’installation de lignes électriques de 400 kilovolts (kV) entre les deux pays, a précisé Mohamed Arkab.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *