Solutions d’accès à l’énergie hors réseau: l’Italie renforce son partenariat avec l’IFC pour atteindre plus de marchés en Afrique subsaharienne




Le ministère italien de l’Environnement, de la Protection du territoire et de la Mer a signé un accord de 09 millions de dollars avec la Société financière internationale dans cette optique le 26 mars

 

Le ministère italien de l’Environnement, de la Protection du territoire et de la Mer (Italian Ministry for the Environment, Land, and Sea en anglais, IMELS) a signé un accord de 09 millions de dollars avec la Société financière internationale (IFC) du Groupe de la Banque mondiale le 26 mars dernier.

L’IFC décrit cet accord comme l’engagement du gouvernement italien à améliorer l’accès à l’énergie dans les pays en développement, et la volonté pour ce dernier de réduire les émissions de CO2 dans l’atmosphère causées par les lampes à pétrole et les générateurs utilisant le diesel.

Cet accord “additionnel” renforce un partenariat existant depuis presque dix années déjà dans le cadre d’une initiative d’accès à l’énergie propre entre l’Italie et l’IFC: The Italy-IFC Clean Energy Access Partnership”.

Les nouveaux financements fournis par l’Italie à l’IFC visent à permettre aux entreprises italiennes de toucher de nouveaux marchés, “le Sahel en priorité” selon la précision faite dans le communiqué de l’institution de la Banque mondiale.

L’engagement entre l’Italie et l’IFC a quatre principaux objectifs: renforcer les projets d’accès à l’énergie de l’IFC y compris via des projets hors réseau de l’initiative “Lighting Global” de la Banque mondiale; développer des solutions de marché permettant de remplacer l’usage de générateurs diesel pour “les deux milliards de personnes” n’ayant pas accès à des réseaux d’électricité fiables; servir de catalyseur aux marchés des énergies renouvelables en Asie et en Afrique; renforcer les partenariats public privé dans le domaine des solutions hors réseau en Afrique subsaharienne avec des entreprises italiennes à la pointe en la matière.

A travers le partenariat avec IMELS, l’IFC compte mobiliser des innovations du secteur privé et des ressources financières pour améliorer la fourniture de solutions énergétiques “vertes, propres et sécurisées” destinées à des personnes n’ayant pas accès au réseau électrique ou ayant accès à une énergie intermittente.

La Société financière internationale estime qu’environ un milliard de personnes du globe n’a pas accès à des “services énergétiques de base” tandis qu’un autre milliard utilise des “services d’électricité peu fiables”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *