En permettant à son personnel de prendre une participation dans le capital, Eneo a vu le taux d’engagement passer de “69% en 2016 à 81% en 2017”




Cameroun – Selon le top management de la filiale du britannique Actis, l’achèvement du processus d’acquisition de 5% de l’actionnariat par le personnel est perçu par les syndicats comme “l’un des plus grands succès d’Eneo sur le plan social”

 

La décision de transférer une partie du capital aux employés de la société en charge de la production et de la distribution d’électricité sur l’étendue du territoire camerounais a produit des retombées positives sur la motivation du personnel, d’après Eneo.

“Le taux d’engagement du personnel est passé de 69% en 2016 à 81% en 2017”, peut-on lire dans une note consacrée aux réalisations enregistrées depuis 2014 et partagée à Energies-Media.

“Les employés participent au conseil de discipline et nous avons une politique de contenu local. Une part bien définie de nos activités étant désormais allouée aux entreprises locales que nous accompagnons par des conseils ou des facilités financières auprès des banques”, mentionne le document.

Pour la mise en contexte: en démarrant ses activités au Cameroun en juin 2014, Actis – fonds d’investissement britannique qui avait racheté les parts majoritaires de l’américain AES Corporation – détenait 56% des actions dans le capital de la société nationale de distribution de l’électricité; et l’Etat camerounais les 44% restantes.

En juin 2017, Actis avait permis aux salariés de la société de devenir actionnaires en transférant 5% de ses parts à ces derniers par le biais du GIC-P Eneo (Groupe d’initiative commune de Promotion socio-économique du personnel d’Eneo Cameroon). La configuration actuelle du capital social de l’entreprise est donc partagée entre Cameroon Power Holdings, société représentant Actis (51%); l’Etat du Cameroun (44%) et le personnel d’Eneo (5%).


Lire aussi: le nombre de femmes dans l’équipe de direction d’Eneo est passé de 03 à 20 entre 2014 et 2017

La possibilité pour les salariés de devenir actionnaires existait déjà cependant depuis 2001, année de privatisation de la Société nationale de l’électricité (Sonel), dans les dispositifs envisagés par l’Etat.

Le “dossier des 05%” a seulement été réglé sous l’actuel directeur général, Joël Nana Kontchou, aux commandes d’Eneo depuis 2014.

L’aboutissement de cette demande, “longtemps portée par le personnel”, représente “l’un des plus grands succès d’Eneo sur le plan social”, d’après le top management de l’entreprise qui souligne qu’il s’agit là du “point de vue des syndicats”.

Comme rappelé sur le site web d’Eneo, lors de l’ouverture du capital aux salariés, le 09 juin 2017, un total de 216 924 parts avaient été initialement souscrites. Parmi les souscripteurs, on y retrouvait les cadres (39,32 %), les agents de maîtrise (31,62 %), les agents ouvriers (20,10 %) et les retraités (8,96 %).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *