Nigeria: le contrat de maintenance de la raffinerie de Port Harcourt attribué à Maire Tecnimont




L’entreprise italienne va exécuter ce contrat d’une valeur de 1,5 milliard de dollars, dans la plus grande raffinerie de pétrole brut du Nigeria d’une capacité de traitement de 210 000 barils par jour

 

 

Le gouvernement du Nigéria, premier producteur de pétrole en Afrique subsaharienne, a approuvé le 17 mars un contrat de 1,5 milliard de dollars en faveur de l’entreprise d’ingénierie italienne Maire Tecnimont; pour remettre en service l’une des quatre raffineries publiques du pays, à l’arrêt depuis deux ans.

« La réhabilitation de la raffinerie de Port Harcourt pour la somme de 1,5 milliard a été approuvée par le conseil des ministres aujourd’hui », a déclaré à la presse le ministre du pétrole Timipre Sylva. La réparation sera financée par différentes sources de revenus, notamment par des recettes publiques et un prêt de la banque africaine Afreximbank.

La première phase des réparations doit s’achever dans 18 mois, et permettre à la raffinerie de fonctionner à 90 % de ses capacités, a-t-il assuré.

La raffinerie de Port Harcourt, dans la région pétrolifère du Delta (sud-est du Nigeria), a une capacité de production de 210 000 barils par jour (b/j).

Délabrée et incapable de fonctionner à plein régime, cette raffinerie avait été fermée en mars 2019 afin d’être réhabilitée. Les trois autres raffineries du pays sont également à l’arrêt.

Le Nigéria est le premier producteur d’or noir en Afrique subsaharienne, mais il exporte intégralement sa production faute de raffineries opérationnelles. Le pays importe ensuite la quasi-totalité de sa consommation de carburant. Le secteur pétrolier au Nigéria a la réputation d’être opaque et gangrené par la corruption. Par le passé, plusieurs projets de réparation ou de développement de raffineries ont été approuvés, sans aboutir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *