Guinée équatoriale: le gouvernement demande aux opérateurs pétroliers d’annuler « tous les contrats » avec CHC Helicopters




Le ministère des Mines et des Hydrocarbures a mandaté les opérateurs pétroliers exerçant en Guinée équatoriale pour annuler tous les contrats avec l’entreprise canadienne CHC Helicopters pour non-respect de la régulation nationale

 

La Guinée équatoriale a annoncé sa volonté d’annuler « tous les contrats » avec l’entreprise canadienne CHC Helicopters, fournisseur de services de transport et de maintenance pour divers producteurs pétroliers en offshore.

« Le ministère des Mines et des Hydrocarbures de la Guinée équatoriale a mandaté tous les opérateurs pétroliers (…) et d’autres opérateurs pour annuler tous les contrats avec CHC Helicopters (…) en raison du non-respect de la régulation nationale », indique un communiqué du ministère.

Les compagnies pétrolières opérant en Guinée équatoriale, dont ExxonMobil ou Kosmos Energy, auront 60 jours pour rompre les contrats et trouver de nouveaux fournisseurs, selon le texte.

Les lois équato-guinéennes prévoient notamment de « protéger et promouvoir l’industrie locale, créer des emplois pour les citoyens, promouvoir le développement durable de notre pays », selon le ministre du Pétrole, Gabriel Mbaga Obiang Lima, cité dans le communiqué.

CHC Helicopters a affirmé qu’elle respectait « le règlement national de la Guinée équatoriale » dans sa réponse au ministère des Mines transmise à l’AFP.

Présente depuis 20 ans dans ce pays, l’entreprise affirme possèder « l’un des programmes de formation les plus complets de tous les entrepreneurs pétroliers et gaziers » de Guinée équatoriale où elle est « investie dans des projets sociaux locaux ».

« Nos opérations ont été régulièrement auditées » et le « dialogue » avec le ministère des Mines est « continu », selon CHC Helicopters qui se dit « impatient de poursuivre les négociations avec les autorités ».

« Un examen de conformité sur l’ensemble du secteur est en cours », ajoute le communiqué de Malabo.

Pays d’Afrique centrale d’un peu plus d’un million d’habitants, la Guinée équatoriale est devenue productrice de pétrole il y a un peu plus de vingt ans et a rejoint l’OPEP en 2017.

Les hydrocarbures représentent 99% des exportations du pays qui continue de pâtir de la baisse mondiale des cours du baril avec un produit intérieur brut (PIB) qui devrait encore chuter de 2,7% en 2017 et de 6,4% en 2018, selon les prévisions de la Banque mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *