Cameroun: les villes choisies pour les ouvrages de stockage de produits pétroliers que la SCDP compte construire




Douala, Bafoussam, Belabo, Ngaoundéré, Bakassi et Kribi sont les villes qui doivent abriter les principaux ouvrages en projet de l’unique stockeur des produits pétroliers raffinés au Cameroun, à court et à long terme. Le volume des contenants attendus

 

La Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) envisage de construire un certain nombre d’ouvrages de stockage à travers le territoire national pour offrir une meilleure couverture en produits pétroliers raffinés.

L’unique stockeur du Cameroun prévoit notamment, “à court terme”: la “finalisation des travaux de construction de deux réservoirs de produits pétroliers de 5500 m3 chacun au dépôt de Mboppi à Douala”.

D’après des prévisions obtenues auprès du ministre de l’Eau et de l’Energie, qui en a fait la présentation le 31 janvier 2018 à Yaoundé, la SCDP prévoit, à moyen et long terme:  la construction d’ouvrages de stockage additionnels en produits pétroliers, d’un volume de 12 000 m3 à Bafoussam (région de l’Ouest), 6 000 m3 à Bélabo (Est)  et de 12 000 m3 à Ngaoundéré (Adamaoua).

La Société a également en chantier le projet d’une “sphère de stockage de gaz domestique (GPL)” de 350 tonnes métriques à Bafoussam et une d’un même volume à Ngaoundéré.

La structure a tout aussi un projet de construction d’un dépôt pétrolier de 15 000m3 à Bakassi (Sud-Ouest Cameroun) et d’un terminal à hydrocarbures au port en eau profonde de Kribi (région du Sud).

Ce dernier, d’une capacité annuelle de 3 millions de tonnes de produits pétroliers et gaziers, a été attribué en 2015 au consortium formé par la Société camerounaise des dépôts pétroliers et le canadien Blaze Energy.

Le gouvernement travaille encore cependant à sa “structuration”, d’après l‘expression employée par le Minee.

La SCDP, détenue majoritairement par l’Etat (51%), assure le stockage et les approvisionnements en produits pétroliers raffinés pour ses différents clients ou “marqueteurs”.

En monopole sur le marché camerounais, ses clients sont en majorité des entreprises de distribution des produits pétroliers ou des structures étatiques comme le ministère de la Défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *