Tchad/Pétrole: la route est encore longue pour assurer que les citoyens bénéficient pleinement des ressources du pays




Par Helen Clark, présidente du conseil d’administration de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE)

 

Je constate les récents évènements au Tchad y compris le décès du Président Idriss Déby Itno [officiellement le 20 avril, NDLR], avec une grande préoccupation.

Ces évènements peuvent potentiellement déstabiliser davantage le Tchad, et plus largement, les régions du Sahel et de l’Afrique centrale. A l’ITIE, nous demandons à toutes les parties prenantes du Tchad de faire preuve de retenue et de s’assurer du respect des libertés civiques pendant cette période difficile.

Le Tchad, avec d’autres pays de la région, s’est engagé à mettre en œuvre la Norme ITIE comme un outil d’amélioration de la gestion des ressources extractives. Le Tchad dispose de gisements riches en pétrole brut. Ils ont généré des revenus s’élevant à 676 millions de dollars US en 2018 après remboursement des prêts adossés aux ressources et des coûts du transport, soit 20% du PIB et 75% des exportations.

Malgré des progrès sur des réformes de gouvernance du secteur extractif au Tchad, y compris la publication de contrats et de Rapports ITIE comportant des données sur le secteur, la route est encore longue pour assurer que les citoyens bénéficient pleinement des ressources du pays.

Il serait grandement préoccupant de voir les évènements récents mettre à mal la mise en œuvre de l’approche inclusive à la gouvernance intégrée dans la Norme ITIE. Il est très important que les représentants de la société civile puissent participer librement au processus ITIE et à la prise de décisions sur l’avenir du secteur extractif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *