Tchad: le gouvernement signe un accord d’environ 89,17 millions de dollars avec la Banque mondiale pour le Pirect




Le Pirect permettra au Tchad d’interconnecter son réseau électrique avec celui du Cameroun pour pouvoir importer de l’énergie

 

 

La Banque mondiale va débloquer 54 milliards de francs CFA (environ 89,17 millions de dollars) pour augmenter l’accès à l’électricité au Tchad, selon un accord signé le 29 juin dans la capitale tchadienne par son représentant résident, François Nankobogo, et le ministre tchadien de l’Economie et de la Planification du développement, Issa Doubragne.

Cette nouvelle enveloppe de la Banque mondiale servira à financer le Projet d’interconnexion des réseaux électriques du Cameroun et du Tchad (Pirect), projet régional structuré autour de deux volets : le premier concerne l’interconnexion des réseaux électriques des deux pays, et le second l’électrification rurale sur le long des couloirs des lignes de transport.

« C’est un rêve qui devient réalité, ce projet est à cheval entre deux pays frères aura un impact très positif sur une population estimée à plus de 10 millions d’habitants », s’est réjoui M. Doubragne.

« Le réseau permettra au Tchad non seulement d’importer de l’hydroélectricité bon marché, mais aussi d’exporter à terme le potentiel photovoltaïque national sur le marché régional de l’électricité« , a précisé M. Nankobogo.

Le projet régional d’interconnexion électrique Cameroun-Tchad est l’un des projets phares retenus dans le schéma directeur en matière d’énergie des Etats membres de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (Cemac).

Le projet consistera, entre autres, en la construction d’une ligne principale haute tension (HT) de 225 kV entre Ngaoundéré-Maroua (Cameroun) et N’Djamena (Tchad), d’une bretelle de ligne HT 225 kV entre Maroua (Cameroun), Bongor-Guelendeng-N’Djamena (Tchad), des postes de transformation HT/MT associés ainsi que des réseaux de distribution, pour l’électrification rurale, le long des couloirs de ligne.

La longueur totale des lignes HT à construire est d’environ 1 024 kilomètres (786 km au Cameroun et 238 km au Tchad), selon les indications de la Banque africaine de développement (BAD).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *