Guinée: taux d’électrification de 35,2% et taux de desserte national de 86% à fin 2018 (ministère de l’Energie)




Bilan présenté par le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique le 07 janvier 2019

 

Le taux d’électrification de la Guinée est passé de 13,4% (7,6% en zone rurale et 21,6% pour le réseau interconnecté dans son ensemble) en moyenne nationale en 2013, à 35,2% en moyenne (23,5% en zone rurale et 54,3% pour le réseau interconnecté) en 2018, a affirmé le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Cheick Taliby Sylla, le 07 janvier dernier, dans le cadre de la présentation du bilan des activités menées par son ministère ces dernières années.

« La demande a plus que doublé, le taux d’électrification a presque triplé », a souligné le ministre de l’Energie.

En huit ans, le taux de desserte en électricité de la Guinée est passé quant à lui de 51 à 86%, a ajouté le ministre.

Le taux de desserte représente le rapport entre la population ayant effectivement accès au service et la population des localités électrifiées; tandis que le taux d’électrification désigne le rapport entre la population desservie et la population totale d’une zone donnée.

Cheick Taliby Sylla a indiqué en outre que la production d’énergie est passée de 696 gigawattheures avant la construction du barrage hydroélectrique de Kaléta à 1 876 GWh en 2018 grâce à la réalisation de ce projet.

A ce titre, 42 localités rurales situées le long du réseau interconnecté de Conakry à Labé (à plus de 400 km au nord-est) ont pu être alimentées en électricité, a souligné le ministre.

Avec l’augmentation de la population et des zones industrielles dans les différentes villes du pays, l’accroissement de la demande en électricité a plus que doublé, passant de 162 mégawatts en 2014 à 367 MW en 2018, selon M. Sylla.

Avec la mise en service du barrage hydroélectrique de Souapiti d’une capacité de 450 MW, financé et construit par la Chine, la capacité totale pourrait atteindre 1 000 MW en 2020, a estimé le ministre guinéen de l’Energie.

La Guinée compte plus de 1 600 cours d’eau et huit bassins fluviaux pour un potentiel hydroélectrique estimé à plus de 6 200 MW.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *