Soudan du Sud: la production de pétrole sur les champs endommagés dans l’Etat d’Unité reprendra début septembre (officiel)




Lilly Albino, porte-parole adjointe du gouvernement sud-soudanais, a déclaré aux journalistes, le 10 août, à l’issue d’une conférence ministérielle hebdomadaire à Juba, que les préparatifs pour la reprise de la production pétrolière dans l’Etat d’Unité, ravagé par la guerre, étaient achevés

 

Le Soudan du Sud a annoncé vendredi, 10 août, que la production pétrolière reprendrait en septembre 2018 sur les champs de pétrole endommagés dans l’Etat d’Unité, après l’achèvement des réparations par une équipe conjointe de techniciens du Soudan du Sud et du Soudan, pays voisin.

Lilly Albino, porte-parole adjointe du gouvernement sud-soudanais, a déclaré aux journalistes à l’issue d’une conférence ministérielle hebdomadaire à Juba que les préparatifs pour la reprise de la production pétrolière dans l’Etat d’Unité, ravagé par la guerre, étaient achevés et que la production reprendrait le 2 septembre.

Les champs de pétrole dans l’Etat d’Unité ont été détruits lors de la guerre civile de près de cinq années qui a éclaté fin 2013.

Ce pays d’Afrique de l’Est a indiqué le mois dernier qu’il espérait augmenter la production pétrolière de 130 000 barils par jour actuellement à plus de 200 000 barils par jour au cours des prochains mois, grâce à la réouverture des champs d’Unité.

“Nos ingénieurs sont sur le terrain et travaillent sans discontinuer pour s’assurer que tous les préparatifs seront bien achevés avant le 1er septembre. Une fois que la production aura repris, nous produirons à pleine capacité”, a annoncé Mme Albino aux journalistes.

“Cela augmentera les recettes du gouvernement et contribuera à la stabilité économique”, a ajouté Mme Albino.

En juin, Juba et Khartoum ont passé un accord pour réparer ensemble les infrastructures pétrolières endommagées lors de la guerre civile qui persiste au Soudan du Sud, et permettre la reprise de la production dans les trois mois à venir.

La déclaration de Khartoum prévoit également le déploiement par les deux pays d’une force de sécurité conjointe pour protéger les installations pétrolières contre de nouvelles attaques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *