Solaire et éolien ont représenté 67% des nouvelles capacités de production électrique dans le monde en 2019 (rapport)




Statistiques du bilan annuel de BloombergNEF (BNEF)

 

 

Solaire et éolien ont représenté 67% des capacités de production électrique installées dans le monde en 2019, mais le charbon a lui aussi poursuivi sa progression, souligne le bilan annuel de BloombergNEF (BNEF) publié le 1er septembre dernier.

L’an dernier, le photovoltaïque a représenté 45% des capacités nouvelles et le choix premier pour des dizaines de pays comme l’Inde, l’Italie, l’Australie, la Namibie, les États-Unis, le Chili. Quelque 25% d’entre elles sont, en revanche, alimentées par des énergies fossiles, selon ce rapport « Power Transition Trends 2020 », qui couvre 138 pays.

Porté par la chute des coûts, le solaire atteint désormais 651 GW disponibles (contre 43,7 GW il y a dix ans), avec un record de +118 GW en 2019. BNEF s’attend à ce que sa progression continue, avec 140-178 GW supplémentaires raccordés en 2022. En termes de capacités, le solaire est désormais la quatrième source d’électricité au monde, juste devant l’éolien (644 GW). Il reste cependant loin derrière le charbon (2 089 GW), le gaz (1 812 GW) et les barrages (1 160 GW).

Cet écart est plus clair encore si ce classement est établi en fonction de l’électricité effectivement produite : en raison d’un bien plus faible facteur de charge (intermittence de la production) que les fossiles, le solaire a généré en 2019 2,7% de l’électricité mondiale, souligne BNEF. C’était 0,16% il y a dix ans.

Face à cela, le charbon a encore gagné 39 GW de capacités nettes l’an dernier, contre +19 GW en 2018. Sur 10 ans, les capacités de production du charbon ont ainsi crû de 32%. « Plus de 113 GW de recul net des capacités en charbon dans les années 2010 dans les pays développés n’ont pu compenser le flot de 691 GW nouvellement installés dans les marchés émergents », constate BNEF dans son bilan.

« Les pays plus riches se débarrassent rapidement de centrales à charbon vieilles et inefficientes, parce que celles-ci ne peuvent rivaliser avec de nouveaux projets renouvelables ou gaziers », souligne Ethan Zindler, responsable Amériques pour BNEF. « Mais dans des nations moins développées, en particulier en Asie du sud et du sud-est, des centrales à charbon nouvelles, plus efficaces, entrent en fonction,souvent avec le soutien financier de créanciers japonais et chinois », relève-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *