Sénégal : Woodside Energy en bonne position pour être la seule entreprise internationale dans le champ pétrolier Sangomar




En exerçant son droit de préemption sur la vente des actifs de Far à la société indienne ONGC, à la suite du même droit exercé sur la vente des actifs de Cairn à la société russe Lukoil, l’opérateur australien est assuré d’être quasiment seul aux commandes avec l’entreprise d’Etat sénégalaise Petrosen

 

 

Si le ministère du Pétrole et des Énergies du Sénégal approuve le rachat par la compagnie australienne Woodside Energy des actifs de sa consoeur FAR Ltd dans la joint-venture RSSD, Woodside deviendra le principal maître à bord de la structure qui pilote le développement du champ pétrolier Sangomar.

Woodside Energy a en effet fait valoir, en début décembre 2020, son droit de préemption sur la transaction faite entre FAR et ONGC Videsh Vankorneft Pte Ltd – filiale du groupe pétrolier indien ONGC Videsh – le 10 novembre, dans le cadre de laquelle ONGC s’engageait à acquérir la participation directe de 13,6667% de FAR dans la joint-venture RSSD.

Le droit de préemption est un droit conféré à une personne physique ou morale, par la loi ou par un contrat, d’acquérir un bien par préférence à tout autre acquéreur.

Partenaire de la joint-venture RSSD, Woodside avait déjà fait valoir le même droit en août 2020 pour reprendre les parts de l’entreprise écossaise Cairn Energy (40%) au détriment de l’entreprise russe Lukoil.

Si les autorités réglementaires sénégalaises approuvent les deux opérations – avec Cairn Energy et Far -, Woodside se retrouvera avec une participation de 90% dans la joint-venture RSSD aux côtés de la Compagnie nationale pétrolière du Sénégal Petrosen (10%).

Woodside va donc reprendre les actifs de FAR au Sénégal, aux mêmes termes que la transaction engagée avec ONGC Videsh, soit entre autres: un paiement à FAR de 45 millions de dollars à la finalisation de l’opération; le remboursement de la part de FAR dans les dépenses d’exploitation de la joint-venture RSSD à compter du 1er janvier 2020 (environ 66,58 millions de dollars payables à la fin de l’opération); et des paiements conditionnels de 55 millions de dollars dès le début de la production de pétrole sur le champ Sangomar.

FAR espère récolter au moins 130 millions de dollars en numéraire à la fin de l’opération pour investir dans ses opérations en Gambie et en Guinée-Bissau.

L’approbation du ministère du Pétrole et des Énergies du Sénégal est attendue par l’entreprise australienne en janvier 2021.

La joint-venture RSSD détient les droits de mise en valeur du champ Sangomar, situé dans les blocs Sangomar Offshore et Sangomar Deep Offshore, au large du Sénégal.

La première production de pétrole à partir de Sangomar est prévue en 2023, avec un niveau prévu de 5 millions de tonnes de pétrole brut par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *