Sénégal: début des formations à l’Institut national du pétrole et du gaz




L’INPG a solennellement été lancé mardi, 23 octobre, par le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall. L’Institut bénéficie du soutien du groupe pétrolier britannique BP

 

Le président de la République du Sénégal, Macky Sall (photo, c), a présidé mardi, 23 octobre, la cérémonie de lancement de la première promotion du mastère spécialisé en Ingénierie pétrolière et gazière de l’Institut national du pétrole et du gaz (INPG).

L’événement marque l’entrée en activité de cet institut situé à Diamniadio, à une trentaine de kilomètres du centre-ville de la capitale Dakar.

La première promotion de l’INPG compte 22 étudiants, qui suivront une formation de 18 mois, dont six en immersion dans de grandes compagnies pétrolières.

L’INPG a été créé lors de la mise en place, en décembre 2016, du Comité sénégalais d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-Petrogaz). Il a vocation à former des techniciens, ingénieurs et membres de l’administration qui seront impliqués dans les opérations pétrolières.

La compagnie pétrolière britannique BP s’est engagée à investir plusieurs millions de dollars (au moins jusqu’en 2021) dans les activités de la structure.

Les premiers pensionnaires seront formés dans cinq programmes diplômants et certifiants « pour répondre aux besoins complets de l’industrie pétrolière et gazière », a expliqué le directeur général de l’INPG, Aguibou Ba.

L’Institut offrira un mastère spécialisé en ingénierie pétrolière et gazière ; une certification en techniciens et opérateurs offshore ; une formation spécialisée des agents de l’État et des acteurs économiques ; une formation Hygiène, Sécurité et Environnement (HSE) et une dernière en anglais technique.

« L’institut apporte aux ingénieurs, techniciens et agents de l’État une profession connexe et des formations spécialisées pour adapter leur savoir-faire à une industrie qui est nouvelle dans notre pays », a expliqué M. Ba.

Le DG de l’INPG a ajouté que l’Institut qu’il dirige n’a pas vocation à se substituer aux écoles et centres de formation qui sont dans le domaine des sciences et techniques, mais plutôt à offrir une formation complémentaire, spécialisée et compétitive qui permettra aux Sénégalais et Sénégalaises d’être « au cœur de l’exploitation de nos ressources nationales ».

Entre 2014 et 2016, d’importantes réserves de pétrole et de gaz ont été découvertes au large des eaux sénégalaises et à cheval entre la Mauritanie et le Sénégal. Les premiers barils d’or noir sont attendus dans le pays à l’horizon 2021-2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *