Le Sénégal attend ses premiers mètres cubes de gaz en 2022 et ses premiers barils de pétrole en 2023 (Macky Sall)




« Pour moi, le first gaz en 2022 est fondamental, tout comme le first oil en 2023. Il faut que les procédures administratives suivent l’évolution de ces différents chantiers », a souhaité le chef d’Etat sénégalais au cours d’un événement organisé à Dakar

 

Le président sénégalais Macky Sall (photo) a, au cours d’un événement organisé le 29 janvier dernier à Dakar, émis le souhait de voir la production des premiers mètres cubes de gaz démarrer en 2022 et les premiers barils de pétrole en 2023, à partir des gisements découverts dans le pays d’Afrique de l’Ouest.

« Pour moi, le first gaz en 2022 est fondamental, tout comme le first oil en 2023. Il faut que les procédures administratives suivent l’évolution de ces différents chantiers », a-t-il déclaré à l’ouverture du quatrième sommet du bassin sédimentaire MSGBC, commun à la Mauritanie, au Sénégal, à la Gambie, à la Guinée et à la Guinée-Bissau.

Plusieurs découvertes de gaz et de pétrole ont été faites au large des eaux sénégalaises et à la frontière maritime entre le Sénégal et la Mauritanie.

Le président sénégalais a demandé à la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen), au Comité sénégalais d’orientation stratégique du pétrole et du gaz (Cos-Petrogaz) et au ministère de l’Energie d’adopter les nouvelles procédures administratives dans le cadre de l’exploitation pétrolière et gazière.

Macky Sall a rappelé l’adoption d’une stratégie du gaz naturel dans la politique nationale de mix énergétique, ajoutant que son gouvernement s’attelle à l’élaboration d’un plan directeur consacré à l’utilisation du gaz et du pétrole.

Le président sénégalais a ajouté qu’il compte doter son pays d’une loi sur le partage des revenus tirées de l’exploitation du gaz et du pétrole, loi visant à  « encadrer l’utilisation de ces ressources financières et consacrer une part aux générations futures ».

Il a aussi souligné que le bassin sédimentaire MSGBC – qui abrite plusieurs découvertes récentes de pétrole et de gaz de classe mondiale, à l’instar du champ Sangomar au Sénégal ou encore du champ Grand Tortue Ahmeyim (GTA) – est loin d’avoir livré tout son potentiel.

Petrosen a lancé, le 28 janvier à Dakar, le cycle de licences 2020 du Sénégal pour 12 blocs libres situés en mer. Les compagnies intéressées ont jusqu’au 31 juillet 2020 pour soumissionner auprès du ministère sénégalais du Pétrole et des Énergies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *