Gaz de schiste: Cuadrilla saisit l’Autorité du pétrole et du gaz britannique pour assouplir la limite sur les secousses sismiques




La réglementation britannique prévoit de suspendre les opérations de fracturation hydraulique temporairement, pour tout tremblement de terre supérieur à 0,5 sur l’échelle de Richter. Une autre société, qui partage la doléance de Cuadrilla, rappelle que la limite aux États-Unis est fixée en général à 4 sur l’échelle de Richter

 

La société britannique Cuadrilla a demandé mercredi, 06 février, aux autorités d’assouplir la réglementation en matière de fracturation hydraulique, sans quoi son forage de gaz de schiste dans le nord-ouest de l’Angleterre pourrait être compromis.

Cuadrilla, qui dispose d’un feu vert des autorités depuis 2011, a indiqué dans un communiqué avoir saisi l’Autorité du pétrole et du gaz britannique (Oil and Gas Authority, OGA) afin qu’elle révise sa réglementation en la matière, en particulier celle portant sur la limite imposée concernant les secousses sismiques induites par la technique de fracturation hydraulique.

Le groupe se dit convaincu de pouvoir assouplir les règles sans faire de compromis sur la sécurité. La réglementation prévoit pour l’heure de suspendre les opérations temporairement pour tout tremblement de terre supérieur à 0,5 sur l’échelle de Richter. Cuadrilla explique que le résultat de cette saisie des autorités déterminera l’avenir de ses forages entrepris dans le pays. Il estime d’ailleurs que le site de Preston New Road recèle un riche réservoir de gaz de très bonne qualité.

La société n’est pas la seule à demander un assouplissement puisque le groupe de chimie britannique Ineos a également appelé lundi le gouvernement à augmenter la limite pour les secousses sismiques, qui ne permet pas selon lui d’entreprendre des forages pérennes. Ineos, qui possède des droits d’exploration dans le nord et le centre de l’Angleterre, rappelle que la limite aux États-Unis est fixée en général à 4 sur l’échelle de Richter.

Les opérations de fracturation hydraulique horizontale qui ont débutées dans le sous-sol britannique ne constituent que des tests destinés à préciser la quantité de gaz disponible à plus de 2 000 mètres de profondeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *