Cameroun : les revenus attendus du secteur pétrolier en 2019 en augmentation de 56 milliards de F CFA dans la loi de finances rectificative




L’ordonnance signée par le président de la République le 29 mai table sur des recettes pétrolières de 531 milliards de F CFA contre 475 milliards de F CFA dans la loi de finances initiale. Des révisions aussi au niveau du budget du ministère de l’Energie, qui enregistre une hausse, et celui du ministère des Mines, revu à la baisse

 

Les revenus attendus du secteur pétrolier camerounais cette année devraient être plus élevés que les perspectives initialement présentées dans la loi de finances du Cameroun pour l’exercice 2019.

Ces revenus sont désormais estimés à 531 milliard de F CFA (environ 805,47 millions d’euros) dans l’ordonnance signée par le chef d’Etat camerounais Paul Biya le 29 mai 2019, ordonnance “modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2018/022 du 11 décembre 2018 portant loi de finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2019.”

La loi de finances initiale tablait sur des recettes pétrolières de l’ordre de 475 milliards de F CFA (environ 726,5 millions d’euros), ce qui représente une hausse de 56 milliards de F CFA dans la loi de finances rectificative.

Parmi les administrations publiques en charge des questions énergétiques, le budget du ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee) connaît un ajustement de 23,938 milliards de F CFA, passant de 202,672 milliards de F CFA (prévision de la loi de finances initiale) à 226,610 milliards de F CFA (loi de finances rectificative).

Le budget du ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt) est pour sa part revu à la baisse, de 281 millions de F CFA sur les 11,255 milliards de F CFA initialement votés, ramenant les prévisions de budget de ce département ministériel à 10,974 milliards de F CFA.

L’ordonnance du 29 mai 2019 revoit aussi le budget global de l’Etat du Cameroun. Il passe de 4850,5 milliards de F CFA (budget initial) à 5212 milliards de F CFA (budget de la loi rectificative), soit une augmentation de 361,5 milliards de F CFA.

Ce budget est composé de 3730 milliards de F CFA de recettes propres (hausse de 121,5 milliards de F CFA par rapport aux 3608,5 milliards de F CFA adoptés par les députés dans la loi de finances initiale) et de 1482 milliards de F CFA d’emprunts et dons (hausse de 240 milliards de F CFA par rapport aux 1242 milliards de F CFA de la loi de finances initiale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *