Libye: reprise des activités sur les champs et ports pétroliers de l’Est sous certaines conditions




Le maréchal Khalifa Haftar demande une « répartition équitable des revenus » pétroliers et la garantie que ceux-ci ne soient « pas utilisés pour soutenir le terrorisme »

 

 

Le maréchal Khalifa Haftar (photo), qui contrôle l’Est de la Libye, a annoncé le 18 septembre dernier la levée sous conditions du blocus imposé sur les champs et ports pétroliers par des groupes pro-Haftar depuis janvier.

« Nous avons décidé de reprendre la production et l’exportation du pétrole sous conditions, à savoir une répartition équitable des revenus » pétroliers et la garantie que ceux-ci ne soient « pas utilisés pour soutenir le terrorisme », a déclaré le maréchal Haftar dans un bref discours diffusé à la télévision.

Depuis janvier, des groupes pro-Haftar bloquent des champs et ports pétroliers, réclamant une répartition équitable des recettes pétrolières gérées par le Gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli et reconnu par l’ONU. Ce blocage, qui a engendré plus de 9,8 milliards de dollars (8,2 milliards d’euros) de pertes de revenus, selon les derniers chiffres de la Compagnie nationale du pétrole, a exacerbé les pénuries d’électricité et de carburants dans le pays.

S’exprimant depuis son bureau et vêtu de son uniforme militaire, le maréchal Haftar a déclaré que « le commandement » de ses forces « met de côté toutes les considérations militaires et politiques » pour répondre aux « souffrances » des Libyens et à la détérioration des conditions de vie dans ce pays qui dispose pourtant des réserves pétrolières les plus abondantes d’Afrique.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans le chaos politique où deux autorités se disputent le pouvoir : le GNA, basé à Tripoli et reconnu par l’ONU, et un pouvoir incarné par le maréchal Haftar, qui règne sur l’Est et une partie du Sud. En avril 2019, ce dernier avait lancé une offensive contre Tripoli, mais au bout de 14 mois de combats meurtriers, ses troupes, malgré le soutien de l’Égypte, des Émirats arabes unis et de la Russie, ont subi une défaite face aux forces pro-GNA, aidées militairement par la Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *