Le recours à la planche à billets a permis à la Banque d’Algérie d’émettre 30,41 milliards de dollars au 31 mars 2018




Confronté à une baisse drastique de ses réserves de change entre 2014 et 2017, à cause de la chute des cours du pétrole, le gouvernement algérien a recouru à cette méthode de financement non conventionnel pour soutenir la commande publique en permettant à la Banque d’Algérie d’acheter des bons du Trésor public

 

La Banque d’Algérie a imprimé, jusqu’au 31 mars dernier, des billets pour l’équivalent de 3 585 milliards de dinars (30,41 milliards de dollars américains) dans le cadre du mécanisme de financement non conventionnel, communément appelé planche à billets, a indiqué l’institution monétaire dans son rapport mensuel publié au Journal officiel en début de semaine.

Pour rappel: le conseil des ministres de l’Algérie a adopté, le 06 septembre 2017, un projet de loi portant amendement de la Loi sur la monnaie et le crédit afin de permettre à la Banque d’Algérie d’acheter des bons du Trésor public.

Pays dans lequel les hydrocarbures représentent plus de 95% des exportations totales, l’Algérie a été sérieusement affecté par l’effondrement, dès le second semestre 2014, des prix du baril de pétrole. Les réserves de change, qui avaient atteint près de 200 milliards de dollars en 2014, s’étaient érodées à près de 100 milliards de dollars en 2017.

L’option de la planche à billets autorise la Banque d’Algérie à acquérir des titres du Trésor public, pendant une durée de cinq ans, pour permettre à l’Exécutif de financer les déficits du budget ainsi que la commande publique.

Une solution de « facilité » qui, selon l’opposition, ne fait que retarder l’apparition des effets de la crise, puisqu’elle pourrait porter l’inflation à des niveaux élevés, faire reculer le pouvoir d’achat des citoyens et déprécier davantage la valeur de la monnaie nationale.

Selon le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, les besoins du Trésor public en matière de financement étaient de 570 milliards de dinars (4,86 milliards de dollars US) en 2017. Ils sont estimés à 1 815 milliards (15 ,39 milliards de dollars US) en 2018 et 580 milliards (4,92 milliards de dollars US) en 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *