RDC: l’accord de développement du barrage Inga 3 (11 000 MW) signé entre les développeurs du projet et le gouvernement




Les consortiums chinois et espagnol se sont accordés sur leur coopération au cours d’une cérémonie organisée le 16 octobre à Kinshasa

 

L’Agence pour le développement et la promotion de Grand Inga en République démocratique du Congo (ADPI/RDC) a signé mardi, 16 octobre, à Kinshasa, l’ “accord de développement exclusif” du projet Inga III avec les groupements constitués pour son exécution: China Inga III de la Chine et Pro Inga d’Espagne.

Le document est “destiné à gérer les relations de coopération pour la mise en œuvre du projet Inga III et à fixer les modalités des études d’exécution et environnementales sur financement propre des consortiums”, relève le communiqué publié par la présidence congolaise.

Pour rappel, le Groupe de la Banque mondiale avait suspendu, en juillet 2016, les financements à l’assistance technique de tous les projets liés au projet hydroélectrique, relevant les faiblesses du montage institutionnel et opérationnel du projet ainsi que sa faisabilité dans un pays instable.

La cérémonie de signature de l’accord conclu mardi a été présidée par le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange.

Selon le communiqué publié par la présidence congolaise, le texte a été signé précisément par Bruno Kapandji Kalala, chargé de mission du chef de l’Etat congolais en charge de l’ADPI/RDC; Chi Zhenbo, président du consortium chinois « China Inga III »; José Alfonso Neporera et José Angel Gonzalez, co-président du consortium espagnol « Pro-Inga ».

China Inga III est dirigé par par China Three Gorges Corporation, gestionnaire du barrage des Trois-Gorges en Chine.

ProInga est conduit par Cobra Instalaciones y Servicios, filiale du groupe de BTP espagnol ACP.

Le projet de barrage Inga III, d’une capacité de 11 000 MW et dont le coût est estimé à environ 14 milliards de dollars, est en gestation depuis plus de dix ans. Inga 3 comprend différentes phases: 4 800 mégawatts dans un premier temps; puis 7 800 MW dans un second temps.

Le barrage Inga 3 doit théoriquement prendre le relais des barrages Inga 1 (1972) et Inga 2 (1982), installés sur les rapides du fleuve Congo dans la province du Kongo-central.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *