Le président du Togo réaffirme l’ambition de la Cedeao de porter les énergies renouvelables à 48% du mix énergétique en 2030




Les 15 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest disposent, depuis 2013, d’une Politique d’énergies renouvelables. Exhaustif

 

Le chef d’Etat togolais, Faure Gnassingbé (photo), a rappelé, le 11 mars dernier en Inde, lors du lancement de l’Alliance solaire internationale (ASI), la volonté de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) de porter les énergies renouvelables à 48% du mix énergétique dans la région, d’ici 2030.

Le président de la République du Togo a invité ses homologues, le secteur privé et les acteurs de la finance internationale à utiliser les possibilités offertes par l’énergie solaire pour étendre la desserte en électricité “de façon significative”.

En ce qui concerne spécifiquement le Togo, les pouvoirs publics envisagent d’atteindre un taux national d’accès à l’électricité  de 82,5% en 2030, contre une estimation de 35% en 2013.

En 2017, le président togolais avait annoncé le lancement d’une initiative dénommée “CIZO” pour fournir l’accès à l’électricité à 02 millions de personnes, à travers la distribution de kits solaires individuels, “à des coûts abordables”, à des milliers de ménages dans les zones rurales du pays.

La phase pilote vise 20 000 ménages dès 2019, et 300 000 à l’horizon 2022.

Le gouvernement compte aussi sur le développement de mini-centrales photovoltaïques.

Lien avec les priorités de la Cedeao

Les Etats d’Afrique de l’Ouest ont adopté, en 2013, la Politique d’énergies renouvelables de la Cedeao (PERC).

La vision a été adoptée au cours de la 43ème session ordinaire de la Conférence de l’Autorité des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao, tenue à Abuja, les 17 et 18 juillet 2013.

Les 15 pays membres de la Cedeao y ont adhéré : Bénin, Cap Vert, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

© Droits réservés

Dans ce document, diffusé par le Centre régional pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (Ecreee) – institution de la commission de la Cedeao – la région ambitionne de porter progressivement la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de l’ensemble de ses Etats membres à 35% en 2020 et 48% d’ici 2030.

L’objectif est de contribuer à l’accès aux “services énergétiques durables pour tous” d’ici 2030

Pour y parvenir, la Cedeao compte sur l’exploitation des énergies solaire et éolienne, des petites centrales hydrauliques et des bioénergies (biocarburants) pour alimenter le réseau électrique et assurer l’accès aux services énergétiques dans les zones rurales.

Au moment de l’adoption de la PERC, il était relevé “un accès limité à l’électricité en règle générale (40 % en moyenne, voire moins de 20 % dans plusieurs pays)”, le déficit étant plus marqué en zones rurales.

Mini-réseaux

En 2010, selon le document consulté par Energies Media, l’Afrique de l’Ouest comptait près de 300 millions d’habitants, soit environ un tiers de la population africaine, et enregistrait un “taux de consommation d’énergie moderne parmi les plus bas au monde”.

Entre 2009 et 2010, les auteurs de la PERC estiment en effet que près de 175 millions de personnes (42% de la population totale) n’avaient pas accès à l’électricité en Afrique de l’Ouest. Dans les scénarios optimistes de la PERC, les experts de Ecreee estiment que 75 % de la population pourrait être reliée au réseau électrique d’ici 2030.

“Les 25 % restants de la population, vivant dans les petites localités des zones rurales isolées, bénéficieront de services électriques grâce à des mini-réseaux ou à des équipements autonomes fiables”, suggère-t-elle.

Les énergies renouvelables y compris la grande hydroélectricité, selon les perspectives, devraient représenter 48% de la capacité totale installée dans la région en 2030.

En 2010, 12% des localités étaient électrifiées; la population globale de la Cedeao était estimée à 300,7 millions d’habitants et se répartissait sur 213 700 localités de plus de 200 habitants.

Le document prévoit que la demande en puissance pourrait se situer à 25 128 MW en 2020 et 39 131 MW en 2030.

La Perc se fixe comme cap d’augmenter la capacité installée en énergies renouvelables à 2 425 MW d’ici 2020, et 7 606 MW d’ici 2030.

L’objectif de pénétration totale des énergies renouvelables en intégrant la moyenne et grande hydroélectricité est de passer de 32% de la capacité installée en 2010; puis à 35% en 2020 et enfin atteindre 48% en 2030.

Pour les mini-réseaux et systèmes isolés, il est question d’améliorer le pourcentage de la population rurale desservie par les énergies renouvelables à 22% en 2020 et 25% en 2030.

Politique_energies_renouvelables_Cedeao_2030 (compress)
Download File

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *