Pétrole et gaz au Sénégal: la société civile appelle à la vigilance sur les intérêts des populations locales




La coalition “Publiez ce que vous payez” a installé des antennes dans les différentes régions où seront exploitées des ressources naturelles. La septième et dernière a été mise en place à Saint-Louis le 11 août

 

La coalition “Publiez ce que vous payez” compte se poser en défenseur des intérêts des populations vivant sur les terres où le Sénégal débutera ses premières productions de gaz et de pétrole d’ici quatre à cinq ans.  

L’organisation de la société civile a entrepris, à cette fin, d’installer des antennes dans les différentes régions qui verront l’exploitation des hydrocarbures dans le pays. La septième et dernière antenne prévue par la Coalition a été mise en place vendredi 11 août dernier, dans la ville de Saint-Louis, située au nord de Dakar, la capitale du Sénégal.

D’après le président de cette antenne régionale, Mame Latyr Fall, cité par le journal sénégalais Le Quotidien, la société civile, qui s’est mobilisée “aux côtés des populations saint-louisiennes, et surtout de la communauté des pêcheurs, est dans son rôle d’alerte et de sauvegarde des intérêts des populations”. 

En attendant le démarrage de l’exploitation du pétrole et du gaz, prévue d’ici à 2021, Mame Latyr Fall a fait savoir que le temps “sera mis à profit pour réfléchir sur les voies et moyens à mettre en oeuvre pour atténuer les effets. Ce qui explique la participation au panel d’un grand nombre de pêcheurs qui sont les véritables acteurs, la société civile ne jouant qu’un rôle de facilitateur entre les populations et les décideurs.” 

Depuis 2014, des compagnies internationales ont fait d’importantes découvertes d’hydrocarbures au Sénégal. A ce jour, les forages ont déjà permis de mettre à jour des réserves de 700 milliards de mètres cubes de gaz (à Grand-Tortue, sur la frontière sénégalo-mauritanienne)  et des poches de 473 millions de pétrole brut.

La junior écossaise Cairn Energy prévoit la production, par le Sénégal, de ses premiers barils d’or noir dès 2021, avec une moyenne de 100 000 à 120 000 barils par jour. 

La première usine de liquéfaction de gaz naturel, installée à 08Km au large de Saint-Louis, devrait entrer en service pour sa part en 2022.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *