Ghana: partenariat entre Eni et la BM pour développer des foyers de cuisson améliorés dans le district d’Ellembelle




L’entente entre Eni Ghana et la Banque mondiale cible 10 communautés du district d’Ellembelle, dans la Région Occidentale. Réduire la pression des populations sur les forêts

 

Eni Ghana, filiale du groupe pétrolier italien Eni, et la Banque mondiale ont signé un protocole d’accord pour développer des foyers de cuisson améliorés dans le district d’Ellembelle, Région Occidentale du Ghana

Le protocole d’accord, rendu public par Eni, a été signé le 06 février dernier à Accra par le directeur général d’Eni Ghana, Roberto Daniele (photo, d) et le directeur pays de la Banque mondiale au Ghana, Pierre Laporte (photo, g). 

Le projet cible 10 communautés côtières (Sanzule, Krisan, Eikwe, Bakanta, Atuabo, Asemda, Ngalekyi, Ngalekpole, Baku et Anokye) du district d’Ellembelle, pour une population totale estimée à 13 000 personnes.

La durée envisagée de ce projet de mise en oeuvre de solutions de cuisson moins polluantes, moins consommatrices d’énergie et de bois est de deux ans. Il sera approuvé et mis en oeuvre par des acteurs locaux projet. D’après Eni, il évaluera la technologie la plus appropriée et le modèle de production/distribution pertinent pour faciliter l’accès des populations ciblées à ces foyers améliorés.

Les deux partenaires d’Eni dans le projet Offshore Cape Three Points (OCTP) – Vitol et la compagnie pétrolière nationale du Ghana GNPC – seront aussi impliqués dans l’activité.

Selon l’Alliance du Ghana pour des cuisinières et combustibles propres (Ghana Alliance for clean cookstoves and fuels), citée dans le communiquée d’Eni, 70% des ménages ghanéens utilisent du bois de chauffage pour la cuisson des aliments. Ce pourcentage serait plus important en zones rurales.

Le gouvernement du Ghana envisage d’assurer l’accès universel à des sources d’énergie modernes d’ici 2030. Sa stratégie dans le secteur vise à élargir l’accès au gaz de pétrole liquéfié (communément appelé “gaz domestique”), réduire l’exposition à la fumée de bois des appareils traditionnels de cuisson, réduire la dépendance au charbon de bois et la pression sur les forêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *