L’Opep a augmenté sa production pétrolière de 637 000 barils par jour en juillet




D’après le rapport mensuel d’août du cartel pétrolier, la production totale des 13 membres de l’Organisation au mois dernier s’est élevée à 26,657 millions de barils par jour, dans un contexte d’assouplissement des réductions de production de l’alliance Opep+

 

La production des 13 membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a augmenté de 637 000 barils par jour en juillet, selon les chiffres officiels.

Le cartel a indiqué, dans son rapport mensuel publié le 12 août, que la production totale des membres de l’organisation au mois dernier s’était élevée à 26,657 millions de barils par jour, dans un contexte d’assouplissement des réductions de production de l’alliance Opep+.

La production de l’Opep a augmenté par rapport aux niveaux enregistrés au mois de juin, de 26,02 millions de barils par jour.

Selon le rapport, neuf pays ont augmenté leur production, avec à leur tête, l’Arabie saoudite. Le royaume a augmenté sa production de brut de 497 000 barils par jour, à 9,403 millions de barils, contre les 8,906 millions de barils produits le mois précédent.

Le Koweït et les Émirats arabes unis ont également augmenté leur production de 42 000 barils par jour chacun. Quant à l’Irak, il a augmenté sa production de 56 000 barils par jour.

À l’opposé de cette tendance, quatre pays ont réduit leur production pétrolière au cours de la même période. Il s’agit de l’Angola, qui a réduit son quota de production de 38 000 barils par jour, le Congo,avec -3 000 barils/j, la Guinée équatoriale avec -8 000 barils/j et le Venezuela dont la réduction a atteint les 26 000 barils par jour.

L’alliance Opep+, composée des 13 membres de l’Organisation et 10 pays producteurs dont la Russie, a commencé à assouplir les mesures de réduction de la production de 400 000 barils par jour, à partir de ce mois d’août.

Avec les taux de production actuels, la réduction de la production pétrolière s’est désormais stabilisée à 5,4 millions de barils par jour, contre les 5,8 millions de barils/j du mois de juillet dernier.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique, estime que le marché pourrait « redevenir excédentaire en 2022 » si l’Opep+ continue à abandonner ses coupes et si les autres producteurs ouvrent le robinet en réponse à des cours plus élevés.

Dans son rapport mensuel sur le pétrole publié le 12 août, l’AIE prévoit ainsi une hausse de la production des pays non-Opep+ de 600 000 barils/jour cette année puis de 1,7 mb/j en 2022, dont près de 60% viendront des Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *