Nigeria : financement clôturé pour le projet d’usine de traitement de gaz d’Anoh




Les promoteurs du projet ont mobilisé 680 millions de dollars, dont 420 millions de dollars de capitaux propres et 260 millions de dollars sous forme de dette, pour ce projet dont le coût de réalisation est évalué à 650 millions USD

 

 

Seplat Petroleum Development Company (Seplat) et Nigerian Gas Company (NGC) ont clôturé le financement nécessaire à la réalisation de l’usine de traitement de gaz d’Anoh (ANOH Gas Processing Company, AGPC).

A la suite d’un apport conjoint de 420 millions de dollars sous forme de capitaux propres, les deux promoteurs d’AGPC ont réalisé une levée de fonds sous forme de dette de 260 millions de dollars, obtenant ainsi 680 millions de dollars. Le coût de construction d’AGPC ne devrait pas dépasser 650 millions de dollars, contre un coût envisagé initialement de 700 millions de dollars, s’est réjoui Seplat le 1er février dernier à l’annonce de la dette mobilisée pour le projet.

Les 260 millions de dollars ont été fournis par un consortium de sept banques: Stanbic IBTC Bank, United Bank for Africa, Zenith Bank, FirstRand Bank Limited (Londres)/RMB Nigeria Limited, The Mauritius Commercial Bank, Union Bank of Nigeria et FCMB Capital Markets Limited

La centrale en cours de construction aura une capacité de traitement de 300 millions de pieds cubes standard de gaz par jour. Elle est localisée dans le bloc onshore OML 53, situé au nord-est du delta du Niger, dans l’Etat d’Imo (sud du Nigeria).

AGPC est une coentreprise détenue à parts égales par Seplat et NGC, filiale de la compagnie pétrolière nationale du Nigeria NNPC.

Les ressources gazières traitées par la centrale seront destinées au marché local du Nigeria, pour la production d’électricité.

Seplat est une société nigériane du domaine des hydrocarbures, cotée à la fois à la bourse de Londres (London Stock Exchange) et à la Bourse du Nigeria (Nigerian Stock Exchange).

L’entreprise revendique une part de marché de 30% du gaz utilisé pour la production d’électricité au Nigeria.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *