Niger: protocole d’entente entre l’Etat et Savannah Petroleum pour l’élaboration d’un plan de production de pétrole sur la partie R3 de la zone R3/R4




Le mémorandum fixe à chaque partie des actions à mener et l’obligation de fournir des délais en vue de l’utilisation des ressources d’une partie du bassin du rift d’Agadem dans la principale raffinerie du pays

 

Savannah Niger, filiale de la compagnie pétrolière britannique Savannah Petroleum, et l’Etat nigérien ont conclu un protocole d’entente (Memorandum of Understanding, MoU), en vue de l’élaboration d’un plan de production “anticipé” dans une partie du bassin du rift d’Agadem.

Andrew Knott, PDG de Savannah Petroleum; et Foumakoye Gado, ministre nigérien de l’Energie et du Pétrole, se sont engagés à mettre en oeuvre les termes du protocole d’entente.

D’après l’annonce faite par Savannah Petroleum le 08 août, le plan de production concerne la partie R3 du contrat de partage de production (Production Sharing Contract en anglais, PSC) signé avec le gouvernement nigérien sur la zone R3/R4 en juillet 2015. Cette zone est située dans le bassin du rift d’Agadem (Agadem Rift Basin en anglais, ARB), au sud-est du Niger.

L’entreprise britannique n’a pas encore démarré de production de pétrole sur ses permis au Niger – dont le contrat de la zone R1/R2 (attribué en juillet 2014) – mais a déjà foré avec succès au moins trois puits de pétrole dans la partie R3.

Le plan de production attendu vise à mutualiser les ressources de la partie R3 en vue de leur transfert à la Société de raffinage de Zinder (Soraz), via un pipeline de 463 km reliant Agadem à Zinder.

Pour exécuter cette démarche, le gouvernement nigérien s’est engagé à faciliter la signature d’un accord de commercialisation de pétrole brut entre Savannah et la Soraz; ainsi qu’un accord d’accès aux infrastructures entre les deux entités, sous réserve des tests de compatibilité du pétrole de Savannah Niger avec l’infrastructure.

L’entreprise Savannah Niger s’est engagée de son côté à soumettre au gouvernement nigérien: une étude de préfaisabilité des ressources de brut découvertes dans la partie R3 qui pourront être incluses dans le plan; une demande de délivrance d’une autorisation exclusive d’exploitation (AEE).

L’étude de préfaisabilité devrait être fournie dans les 90 jours suivant la date de signature du protocole d’entente; et la demande de l’AEE dans les 90 jours après la finalisation des conditions commerciales entre Savannah Niger, Soraz et le propriétaire de l’infrastructure.

La Soraz est une coentreprise entre l’État nigérien et la China National Petroleum Corporation (CNPC). L’entreprise chinoise exploite par ailleurs des champs pétroliers à Agadem, dans le bassin du rift d’Agadem.

Le gouvernement nigérien, par la voix du ministre du Pétrole, a souhaité que la production de pétrole de Savannah commence “dès que possible, compte tenu de la contribution positive qu’elle pourra générer dans la croissance de l’économie, les recettes fiscales et auprès des collectivités locales.”

Producteur de pétrole depuis 2011, le Niger compte rehausser sa production de pétrole: de 20 000 barils par jour à environ 110 000 barils par jour dans les trois prochaines années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *