Marché du pétrole: les coupes de l’Opep et ses partenaires pourraient être ramenées à 5,8 Mb/j à compter de janvier 2021




La production actuelle du cartel pétrolier et des autres pays avec lesquels il coopère est de 7,7 millions de barils de pétrole par jour

 

 

L’Opep+ a maintenu la marche des coupes décidées en avril pour faire face à l’impact de la pandémie de coronavirus sur le marché pétrolier, a-t-elle indiqué le 19 octobre dernier à l’issue d’une réunion mensuelle.

L’Organisation des pays exportateurs (Opep) et ses alliés, au premier rang desquels la Russie, ont confirmé que le retrait actuel de 7,7 millions de barils par jour (sans compter les éventuels rattrapages des retardataires) doit être ramené à 5,8 Mb/j à compter de janvier 2021.

« Je tiens à souligner la détermination de l’Opep+ à poursuivre la stratégie que nous avons décidée à l’unanimité », a affirmé le ministre saoudien de l’Énergie Abdel Aziz ben Salmane, chef de file du cartel, dans une allocution retransmise en direct sur Youtube. « Nous ferons le nécessaire, dans l’intérêt de tous », avait prévenu en introduction le ministre saoudien.

Des inquiétudes sont portées par les analyste sur la demande, plombée par le regain de la pandémie de Covid-19 en Europe et aux États-Unis et les mesures de protection qui risquent d’entraver la consommation et l’activité.

L’alliance a insisté sur la nécessité de chacun des membres de se conformer aux quotas de production qui leur sont assignés, en lançant « un appel » aux retardataires pour qu’ils « se conforment rapidement à leurs engagements », d’ici la fin de l’année. Le non-respect des quotas, qui concernent notamment l’Irak et le Nigeria, « est non seulement injuste pour les autres pays, mais préjudiciable au rééquilibrage du marché pétrolier », est-il précisé dans le communiqué.

Les pays producteurs ont prévu de se retrouver le 17 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *