Loïk Le Floch-Prigent, l’Ancien PDG d’Elf, raconte ses aventures africaines




L’industriel et chef d’entreprise français vient de publier “Carnets de route d’un Africain”, dans lequel il parle de ses relations avec certains chefs africains ainsi que des perspectives liées au développement de l’Afrique

Dictateurs, paranos, corrompus. Loïk Le Floch-Prigent (74 ans), ancien PDG de l’ex-compagnie pétrolière française ELF entre juillet 1989 et 1993, n’est pas tendre avec les chefs d’Etat africains qu’il a côtoyés pour la négociation de contrats pétroliers. Que ce soit au Congo Brazzaville, en Angola, au Cameroun, au Nigéria, en Guinée équatoriale, etc.

“Tout le monde sait que le le Nigéria, l’Angola, le Congo Brazzaville et tous ces pays sont corrompus et donc les premiers corrompus sont les présidents de ces Etats”, a déclaré l’ancien PDG mercredi 07 mai en matinée, interviewé sur Radio France Internationale (RFI). L’industriel a précisé que l’argent versé aux chefs d’Etat leur parvenait dans dans des comptes offshores “sans difficultés”.

Le seul qui l’a dit-il marqué, sans lui demander de commissions, est le président tchadien Idriss Deby Itno. «C’est une histoire absolument incroyable puisque je suis venu négocier chez Idriss Deby au bénéfice d’Elf et lorsque j’ai demandé dans quelles conditions, Idriss Déby m’a dit: “en bonus d’entrée, est-ce que vous pourrez verser un million de dollars au Trésor tchadien?” J’ai dit “rien de plus?” il m’a répondu “rien de plus!”. C’est la première fois et la seule fois où cela m’est arrivé”». 

Loïk Le Floch-Prigent a été condamné par trois fois en France dans le cadre de l’instruction de l’affaire Elf qui mit en lumière un vaste système de corruption servant l’enrichissement des cadres principaux de la compagnie, de politiques français, mais aussi de dirigeants africains. Comme conséquence du déclenchement de l’affaire Elf, la compagnie fut rachetée en 1999 au profit de Total.

 

Dans son livre qui vient de paraître, l’ancien PDG d’Elf ne traite pas uniquement de ses relations avec les dirigeants africains dans le cadre de ses anciennes fonctions. Il aborde aussi les perspectives de développement de l’Afrique et considère que des énergies fossiles comme le gaz ont de l’avenir en Afrique. Selon lui, les énergies renouvelables, à l’instar du solaire photovoltaïque et de l’éolienne, sont “intermittentes”.

Considérant les enjeux actuels sur la lutte contre le réchauffement climatique et la nécessité de lutter contre la déforestation dans des environnements où des populations utilisent encore le feu de bois, Loïk Le Floch-Prigent estime qu’il “y a un marché du gaz butane, du gaz propane, qui va se développer et qui est sain pour la population”.

A propos du livre:  Carnets de route d’un Africain. Un autre regard sur l’Afrique d’aujourd’hui

Auteur: Loïk Le Floch-Prigent

Editeur: Elytel

Date de parution: avril 2017

Prix: 18 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *