Libye: Ibrahim Jadhran sanctionné par les Etats-Unis suite à des attaques menées contre des terminaux pétroliers




Les États-Unis ont imposé mercredi, 12 septembre, des sanctions financières contre le chef de milice libyen dont les forces ont attaqué en juin des terminaux pétroliers cruciaux de l’est de la Libye

 

Les États-Unis ont imposé mercredi des sanctions financières contre le chef de milice libyen Ibrahim Jadhran, dont les forces ont attaqué en juin des terminaux pétroliers cruciaux de l’est de la Libye.

Ces mesures, qui lui barrent désormais l’accès au système financier américain et à toute transaction avec des ressortissants des États-Unis, ont été prises « en coordination avec le comité de sanctions chargé de la Libye du Conseil de sécurité de l’ONU », a annoncé le département d’État dans un communiqué.

« En outre, les sanctions de l’ONU demandent à tous les États membres des Nations unies d’imposer un gel des avoirs et une interdiction d’entrée » contre Ibrahim Jadhran, a-t-il ajouté.

En juin, les groupes armés dirigés par celui qui commandait les Gardes des installations pétrolières ont pris le contrôle des terminaux de Ras Lanouf et d’al-Sedra.

« Le temps que ces installations soient reprises plusieurs jours plus tard, la crise économique et politique a coûté à la Libye plus de 1,4 milliard de dollars en revenus perdus », a déploré le Trésor américain dans un communiqué distinct, soulignant que « les attaques de Jadhran affectent les exportations de pétrole libyennes depuis 2013 ».

« Les installations, la production et les revenus pétroliers appartiennent au peuple libyen » et « ces ressources vitales doivent rester sous le contrôle exclusif de la Compagnie nationale de pétrole légitime et uniquement sous la houlette du gouvernement d’union nationale », a insisté le département d’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *