L’hydroélectricité pourrait bientôt constituer «l’or blanc» du Cameroun à la place du pétrole (Hydromine)




Avec le projet de Grand Eweng (1800 MW), la société américaine Hydromine compte exporter l’électricité vers des pays voisins du Cameroun, à l’instar du Tchad, du Nigéria et de la Centrafrique

 

Il s’agit d’un projet « très grand par la taille mais très simple dans la conception », résume le directeur pays (Cameroun) de la société américaine Hydromine. Il pourrait permettre au Cameroun de tirer meilleur parti de son “or blanc” en remplacement du pétrole.  

François Mazé (photo), directeur pays d’Hydromine, a présenté le projet de barrage de Grand Eweng (1800 MW) à des financiers et experts des questions énergétiques mardi 03 octobre, à Yaoundé,  à l’occasion du forum Future Energy Central Africa.  

Ce projet de barrage qui sera construit sur la Sanaga, plus important fleuve du pays, près du village de Kan dans le département de la Sanaga maritime (région du Littoral) et dans le département du Nyong-et-Kellé (région du Centre), nécessite des investissements importants, de l’ordre de 03 milliards de dollars (environ 1670 milliards de F CFA), l’équivalent d’un peu plus de 40% du budget de l’Etat du Cameroun (4373,8 milliards de F CFA sur l’exercice 2017).

Hydromine va mettre en oeuvre le projet sur le modèle BOT (Build, operate, transfer) avec des financements “100% privés”. Les co-actionnaires d’Hydromine viennent de Chine, des Etats-Unis d’Amérique et d’Europe, a  indiqué François Mazé.

L’électricité de Grand Eweng, selon les explications fournies par le directeur pays d’Hydromine, servira aux besoins du Cameroun mais pourrait également être exportée vers des pays voisins: Nigéria, Tchad, République centrafricaine notamment.

Selon l’échéancier de la société américaine, l’ouvrage pourrait être réalisé d’ici à 2025. A la suite des études de faisabilité, déjà réalisées, il est prévu, en 2018, la signature du contrat d’achat de l’électricité qui sortira des 10 turbines de 180MW de la centrale.

Le closing financier et le début des travaux devraient intervenir en 2019.

Le Cameroun est crédité de l’un des trois plus importants potentiels hydrographiques de l’Afrique avec un potentiel estimé à 20GWH avec un taux d’électrification qui ne dépasse pas cependant les 50%. La capacité installée actuelle est d’environ 1200 MW.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *