Le pétrole ne doit pas être instrumentalisé dans le conflit libyen (ONU)




La Mission d’appui des Nations unies en Libye (Minul) appelle par ailleurs à lever « complètement » le blocus imposé par des groupes armés à travers le pays

 

 

La Mission d’appui des Nations unies en Libye (Minul) a appelé, le 08 juin, les groupes armés à ne pas instrumentaliser le pétrole dans les rivalités avec le Gouvernement d’union nationale (GNA).

« Le blocus devrait être complètement levé à travers le pays. Le pétrole ainsi que les autres ressources naturelles ne devraient en aucun cas être instrumentalisés dans le cadre du conflit », a indiqué l’institution dans un communiqué.

La Minul a invité toutes les parties à éviter d’endommager les infrastructures pétrolières ou d’empêcher le personnel de la National Oil Corporation (NOC, compagnie nationale) de s’acquitter de ses fonctions officielles, soulignant que la NOC de Tripoli est la seule compagnie pétrolière légitime en Libye.

« Les ressources naturelles de la Libye appartiennent à tous les Libyens et leur exploitation est vitale au maintien de l’économie du pays, en particulier compte tenu de la nécessité de faire face à la pandémie de Covid-19 », a souligné la mission onusienne.

L’institution onusienne a salué la réouverture d’al-Sharara et al-Feel, deux grands champs pétrolifères fermés par les chefs tribaux en janvier en signe de protestation contre le GNA, soutenu par l’ONU.

« Le blocus pétrolier a inutilement coûté au peuple libyen plus de 5 milliards de dollars en raison de la perte des ventes de pétrole ainsi que plusieurs millions de dollars de pertes indirectes dues à la fermeture des raffineries nationales et des dommages causés par le maintien inactif des infrastructures », a déclaré la Minul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *