Kenya: manifestation d’intérêt demandée pour les études d’une centrale géothermique de 83 MW à Olkaria




L’appel lancé par la société de production électrique du Kenya est ouvert jusqu’au 13 octobre

 

La société de production électrique du Kenya (Kenya Electricity Generating Company, KenGen) a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour les services de consultation liés à l’étude de faisabilité d’une centrale géothermique de 83 MW.

Le projet baptisé “Olkaria VII” est localisé dans le champ Olkaria, dans le comté de Nakuru, à 120 km au nord-ouest de la capitale Nairobi.

L’appel lancé par l’entreprise publique est ouvert aux structures nationales et internationales jusqu’au 13 octobre 2021. 

Le consultant retenu devra, entre autres, analyser les données de débit des puits affectés au projet, déterminer l’emplacement approprié pour la centrale électrique et les infrastructures d’évacuation de l’énergie, réaliser une étude économique et financière, réaliser une étude préliminaire d’impact environnemental et social, présenter une analyse et une atténuation des risques, intégrer une méthode de transfert de connaissances.  

Selon les données du ministère kényan de l’Energie, le pays d’Afrique de l’Est disposait en 2019 d’une puissance installée de 2 818,9 MW, générée à partir de l’énergie géothermique (29%), l’hydroélectricité (29%), le thermique (28%), l’éolien (12%), le solaire et les autres sources (2%).

L’ambition pour le Kenya, d’ici à 2030, est de disposer de 17 500 MW, dont 5 000 MW provenant de la géothermique sur un potentiel de 10 000 MW dans le secteur.

KenGen, qui est l’un des plus importants producteurs d’électricité du pays, revendique actuellement une capacité installée de 1 811 MW, provenant de l’hydroélectricité (825,69 MW), la géothermie (706,13 MW), les centrales thermiques (253,5 MW), l’éolien (25,5 MW).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *