L’initiative Desert to Power de la BAD soutenue par le Fonds vert pour le climat et Africa 50




Les deux Fonds ont signé une lettre d’intention avec la Banque africaine de développement pour la mise sur pied de ce projet qui vise à développer l’énergie solaire dans 11 pays africains

 

La Banque africaine de développement (BAD), le Fonds vert pour le climat (FVC) et Africa 50 ont signé une lettre d’intention pour le partage des idées et des ressources en vue de la mise en oeuvre de l’Initiative Desert to Power (Transformer le Désert en énergie) portée par la Banque, selon un communiqué publié le 29 mai dernier.

La lettre d’intention a été signée par le président de la BAD, Akinwumi Adesina; le directeur exécutif du FVC, Howard Bamsey; et le DG d’Africa 50, Alain Ebobissé; en marge des récentes Assemblées annuelles de la BAD, organisées à Busan, en Corée du sud, du 21 au 25 mai 2018 .

Le Fonds vert pour le climat est un mécanisme financier de l’ONU rattaché à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Le Fonds Africa 50 est un organe de financement des projets infrastructurels, mis sur pied par la Banque africaine de développement (BAD) en 2013.

L’initiative Desert to Power de la Banque africaine de développement (BAD) vise à transformer les déserts du continent africain en sources d’énergie, à travers le développement de l’énergie solaire. L’initiative prévoit, “en collaboration avec des partenaires”, de développer des systèmes solaires pour l’atteinte de 10 000 MW de puissance électrique installée à travers le Sahel. 

Selon les projections de la BAD, l’initiative permettra de fournir l’électricité à 250 millions de personnes qui en sont actuellement privées, dont 90 millions par des systèmes hors réseau. Onze pays sont potentiellement ciblés: Burkina Faso, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Soudan et Tchad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *